Canada

Ville Population
Gatineau 265 349 habitants
Longueuil 231 409 habitants
Terrebonne 106 322 habitants
Waterloo 97 475 habitants
Saint-Jean-sur-Richelieu 92 394 habitants
Repentigny 82 000 habitants
Brossard 79 273 habitants
Saint-Jérôme 68 456 habitants
Granby 63 433 habitants
Blainville 53 510 habitants

Discover Canada - Canada’s History

Canada’s History

Listen to this chapter

Aboriginal Peoples

Photo described below


Indian encampment,
fur trade era
[  See larger version ]

When Europeans explored Canada they found all regions occupied by native peoples they called Indians, because the first explorers thought they had reached the East Indies. The native people lived off the land, some by hunting and gathering, others by raising crops. The Huron-Wendat of the Great Lakes region, like the Iroquois, were farmers and hunters. The Cree and Dene of the Northwest were hunter-gatherers. The Sioux were nomadic, following the bison (buffalo) herd. The Inuit lived off Arctic wildlife. West Coast natives preserved fish by drying and smoking. Warfare was common among Aboriginal groups as they competed for land, resources and prestige.

The arrival of European traders, missionaries, soldiers and colonists changed the native way of life forever. Large numbers of Aboriginals died of European diseases to which they lacked immunity. However, Aboriginals and Europeans formed strong economic, religious and military bonds in the first 200 years of coexistence which laid the foundations of Canada.

The First Europeans

The Vikings from Iceland who colonized Greenland 1,000 years ago also reached Labrador and the island of Newfoundland. The remains of their settlement, l’Anse aux Meadows, are a World Heritage site.

European exploration began in earnest in 1497 with the expedition of John Cabot, who was the first to draw a map of Canada’s East Coast.

Photo described below

 

John Cabot, an Italian immigrant to England, was the first to map Canada’s Atlantic shore,
setting foot on Newfoundland or Cape Breton Island in 1497 and claiming the
New Founde Land for England. English settlement did not begin until 1610

[  See larger version  ]

Photo described below

Jacques Cartier was the
first European to explore
the St. Lawrence River
and to set eyes on
present-day Québec City
and Montreal
See larger version ]

Exploring a River, Naming Canada

Between 1534 and 1542, Jacques Cartier made three voyages across the Atlantic, claiming the land for King Francis I of France. Cartier heard two captured guides speak the Iroquoian word kanata, meaning “village.” By the 1550s, the name of Canada began appearing on maps.

Royal New France

In 1604, the first European settlement north of Florida was established by French explorers Pierre de Monts and Samuel de Champlain, first on St. Croix Island (in present-day Maine), then at Port-Royal, in Acadia (present-day Nova Scotia). In 1608 Champlain built a fortress at what is now Québec City. The colonists struggled against a harsh climate. Champlain allied the colony with the Algonquin, Montagnais, and Huron, historic enemies of the Iroquois, a confederation of five (later six) First Nations who battled with the French settlements for a century. The French and the Iroquois made peace in 1701.

The French and Aboriginal people collaborated in the vast fur-trade economy, driven by the demand for beaver pelts in Europe. Outstanding leaders like Jean Talon, Bishop Laval, and Count Frontenac built a French Empire in North America that reached from Hudson Bay to the Gulf of Mexico.

Photo described below

 

(From Left to Right)
 
Count Frontenac refused to surrender Quebec to the English in 1690, saying: “My only reply will be from the mouths of my cannons!” Pierre Le Moyne, Sieur d’Iberville, was a great hero of New France, winning many victories over the English, from James Bay in the north to Nevis in the Caribbean, in the late 17th and early 18th centuries.
Sir Guy Carleton (Lord Dorchester), as Governor of Quebec, defended the rights of the Canadiens, defeated an American military invasion of Quebec in 1775, and supervised the Loyalist migration to Nova Scotia and Quebec in 1782-83.

[  See larger version  ]

Struggle for a Continent

In 1670, King Charles II of England granted the Hudson’s Bay Company exclusive trading rights over the watershed draining into Hudson Bay. For the next 100 years the Company competed with Montreal-based traders. The skilled and courageous men who travelled by canoe were called voyageurs and coureurs des bois, and formed strong alliances with First Nations.

English colonies along the Atlantic seaboard, dating from the early 1600s, eventually became richer and more populous than New France. In the 1700s France and Great Britain battled for control of North America. In 1759, the British defeated the French in the Battle of the Plains of Abraham at Québec City — marking the end of France’s empire in America. The commanders of both armies, Brigadier James Wolfe and the Marquis de Montcalm, were killed leading their troops in battle.

The Province of Quebec

Following the war, Great Britain renamed the colony the “Province of Quebec.” The Frenchspeaking Catholic people, known as habitants or Canadiens, strove to preserve their way of life in the English-speaking, Protestant-ruled British Empire.

A Tradition of Accommodation

To better govern the French Roman Catholic majority, the British Parliament passed the Quebec Act of 1774. One of the constitutional foundations of Canada, the Quebec Act accommodated the principles of British institutions to the reality of the province. It allowed religious freedom for Catholics and permitted them to hold public office, a practice not then allowed in Britain. The Quebec Act restored French civil law while maintaining British criminal law.

United Empire Loyalists

In 1776, the 13 British colonies to the south of Quebec declared independence and formed the United States. North America was again divided by war. More than 40,000 people loyal to the Crown, called “Loyalists,” fled the oppression of the American Revolution to settle in Nova Scotia and Quebec. Joseph Brant led thousands of Loyalist Mohawk Indians into Canada. The Loyalists came from Dutch, German, British, Scandinavian, Aboriginal and other origins and from Presbyterian, Anglican, Baptist, Methodist, Jewish, Quaker, and Catholic religious backgrounds. About 3,000 black Loyalists, freedmen and slaves, came north seeking a better life. In turn, in 1792, some black Nova Scotians, who were given poor land, moved on to establish Freetown, Sierra Leone (West Africa), a new British colony for freed slaves.

The Beginnings of Democracy

Democratic institutions developed gradually and peacefully. The first representative assembly was elected in Halifax, Nova Scotia, in 1758. Prince Edward Island followed in 1773, New Brunswick in 1785. The Constitutional Act of 1791 divided the Province of Quebec into Upper Canada (later Ontario), which was mainly Loyalist, Protestant and English-speaking, and Lower Canada (later Quebec), heavily Catholic and French-speaking.

The Act also granted to the Canadas, for the first time, legislative assemblies elected by the people. The name Canada also became official at this time and has been used ever since. The Atlantic colonies and the two Canadas were known collectively as British North America.

Photo described below

 

The first elected Assembly of Lower Canada, in Québec City, debates
whether to use both French and English, January 21, 1793

[  See larger version  ]

Abolition of Slavery

Slavery has existed all over the world, from Asia, Africa and the Middle East to the Americas. The first movement to abolish the transatlantic slave trade emerged in the British Parliament in the late 1700s. In 1793, Upper Canada, led by Lieutenant Governor John Graves Simcoe, a Loyalist military officer, became the first province in the Empire to move toward abolition. In 1807, the British Parliament prohibited the buying and selling of slaves, and in 1833 abolished slavery throughout the Empire. Thousands of slaves escaped from the United States, followed “the North Star” and settled in Canada via the Underground Railroad, a Christian anti-slavery network.

A Growing Economy

The first companies in Canada were formed during the French and British regimes and competed for the fur trade. The Hudson’s Bay Company, with French, British and Aboriginal employees, came to dominate the trade in the northwest from Fort Garry (Winnipeg) and Fort Edmonton to Fort Langley (near Vancouver) and Fort Victoria—trading posts that later became cities.

The first financial institutions opened in the late 18th and early 19th centuries. The Montreal Stock Exchange opened in 1832. For centuries Canada’s economy was based mainly on farming and on exporting natural resources such as fur, fish and timber, transported by roads, lakes, rivers and canals.

Photo described below

(From left to right)
 
Lieutenant Colonel John Graves Simcoe was Upper Canada’s first Lieutenant Governor and founder of the City of York (now Toronto). Simcoe also made Upper Canada the first province in the British Empire to abolish slavery
 
Mary Ann Shadd Cary was an outspoken activist in the movement to abolish slavery in the U.S.A. In 1853 she became the first woman publisher in Canada, helping to found and edit The Provincial Freeman, a weekly newspaper dedicated to anti-slavery, black immigration to Canada, temperance (urging people to drink less alcohol), and upholding British rule
See larger version ]

Photo described below

French-Canadian militiamen
helped defend Canada
in the War of 1812
See larger version ]

The War of 1812: The Fight for Canada

After the defeat of Napoleon Bonaparte’s fleet in the Battle of Trafalgar (1805), the Royal Navy ruled the waves. The British Empire, which included Canada, fought to resist Bonaparte’s bid to dominate Europe. This led to American resentment at British interference with their shipping. Believing it would be easy to conquer Canada, the United States launched an invasion in June 1812. The Americans were mistaken. Canadian volunteers and First Nations, including Shawnee led by Chief Tecumseh, supported British soldiers in Canada’s defence. In July, Major-General Sir Isaac Brock captured Detroit but was killed while defending against an American attack at Queenston Heights, near Niagara Falls, a battle the Americans lost. In 1813, Lieutenant-Colonel Charles de Salaberry and 460 soldiers, mostly French Canadiens, turned back 4,000 American invaders at Châteauguay, south of Montreal. In 1813 the Americans burned Government House and the Parliament Buildings in York (now Toronto). In retaliation in 1814, Major-General Robert Ross led an expedition from Nova Scotia that burned down the White House and other public buildings in Washington, D.C. Ross died in battle soon afterwards and was buried in Halifax with full military honours.

By 1814, the American attempt to conquer Canada had failed. The British paid for a costly Canadian defence system, including the Citadels at Halifax and Québec City, the naval drydock at Halifax and Fort Henry at Kingston—today popular historic sites. The present-day Canada-U.S.A. border is partly an outcome of the War of 1812, which ensured that Canada would remain independent of the United States.

Photo described below

 

(From left to right)
 
HMS Shannon, a Royal Navy frigate, leads the captured USS Chesapeake into Halifax harbour, 1813. There were also naval battles on the Great Lakes.
Major General Sir Isaac Brock and Chief Tecumseh. Together, British troops, First Nations, and Canadian volunteers defeated an American invasion in 1812-14.

[  See larger version  ]

Photo described below

 

(From left to right)
 
The Duke of Wellington sent some of his best soldiers to defend Canada in 1814. He then chose Bytown (Ottawa) as the endpoint of the Rideau Canal, part of a network of forts to prevent the U.S.A. from invading Canada again. Wellington, who defeated Napoleon in 1815, therefore played a direct role in founding the national capital.
In 1813, Laura Secord, pioneer wife and mother of five children, made a dangerous 19 mile (30 km) journey on foot to warn Lieutenant James FitzGibbon of a planned American attack. Her bravery contributed to victory at the Battle of Beaver Dams. She is recognized as a heroine to this day.

[  See larger version  ]

Rebellions of 1837–38

In the 1830s, reformers in Upper and Lower Canada believed that progress toward full democracy was too slow. Some believed Canada should adopt American republican values or even try to join the United States. When armed rebellions occurred in 1837–38 in the area outside Montreal and in Toronto, the rebels did not have enough public support to succeed. They were defeated by British troops and Canadian volunteers. A number of rebels were hanged or exiled; some exiles later returned to Canada.

Lord Durham, an English reformer sent to report on the rebellions, recommended that Upper and Lower Canada be merged and given responsible government. This meant that the ministers of the Crown must have the support of a majority of the elected representatives in order to govern. Controversially, Lord Durham also said that the quickest way for the Canadiens to achieve progress was to assimilate into English-speaking Protestant culture. This recommendation demonstrated a complete lack of understanding of French Canadians, who sought to uphold the distinct identity of French Canada.

Some reformers, including Sir Étienne-Paschal Taché and Sir George-Étienne Cartier, later became Fathers of Confederation, as did a former member of the voluntary government militia in Upper Canada, Sir John A. Macdonald.

Responsible Government

In 1840, Upper and Lower Canada were united as the Province of Canada. Reformers such as Sir Louis-Hippolyte La Fontaine and Robert Baldwin, in parallel with Joseph Howe in Nova Scotia, worked with British governors toward responsible government.

The first British North American colony to attain full responsible government was Nova Scotia in 1847–48. In 1848–49 the governor of United Canada, Lord Elgin, with encouragement from London, introduced responsible government.

This is the system that we have today: if the government loses a confidence vote in the assembly it must resign. La Fontaine, a champion of democracy and French language rights, became the first leader of a responsible government in the Canadas.

Photo described below

Sir Louis-Hippolyte La Fontaine, a champion of French language rights, became the first head of a responsible government (similar to a prime minister) in Canada in 1849

[  See larger version  ]

Confederation

From 1864 to 1867, representatives of Nova Scotia, New Brunswick and the Province of Canada, with British support, worked together to establish a new country. These men are known as the Fathers of Confederation. They created two levels of government: federal and provincial.

The old Province of Canada was split into two new provinces: Ontario and Quebec, which, together with New Brunswick and Nova Scotia, formed the new country called the Dominion of Canada. Each province would elect its own legislature and have control of such areas as education and health.

The British Parliament passed the British North America Act in 1867. The Dominion of Canada was officially born on July 1, 1867. Until 1982, July 1 was celebrated as “Dominion Day” to commemorate the day that Canada became a self-governing Dominion. Today it is officially known as Canada Day.

Photo described below

The Fathers of Confederation established
the Dominion of Canada on July 1, 1867,
the birth of the country that we know today
See larger version ]

Photo described below


Dominion of Canada $1 bill, 1923, showing King George V, who assigned Canada’s national colours (white and red) in 1921, the colours of our national flag today
[  See larger version ]

Dominion from Sea to Sea

Sir Leonard Tilley, an elected official and Father of Confederation from New Brunswick, suggested the term Dominion of Canada in 1864. He was inspired by Psalm 72 in the Bible which refers to “dominion from sea to sea and from the river to the ends of the earth.” This phrase embodied the vision of building a powerful, united, wealthy and free country that spanned a continent. The title was written into the Constitution, was used officially for about 100 years, and remains part of our heritage today.

Expansion of the Dominion

1867 — Ontario, Quebec, Nova Scotia, New Brunswick

1870 — Manitoba, Northwest Territories (N.W.T.)

1871 — British Columbia

1873 — Prince Edward Island

1880 — Transfer of the Arctic Islands (to N.W.T.)

1898 — Yukon Territory

1905 — Alberta, Saskatchewan

1949 — Newfoundland and Labrador

1999 — Nunavut

Did you know? In the 1920s, some believed that the British West Indies (British territories in the Caribbean Sea) should become part of Canada. This did not occur, though Canada and Commonwealth Caribbean countries and territories enjoy close ties today.

Photo described below

Sir John A. Macdonald,
the first Prime Minister of
the Dominion of Canada
See larger version ]

Canada’s First Prime Minister

In 1867, Sir John Alexander Macdonald, a Father of Confederation, became Canada’s first Prime Minister. Born in Scotland on January 11, 1815, he came to Upper Canada as a child. He was a lawyer in Kingston, Ontario, a gifted politician and a colourful personality. Parliament has recognized January 11 as Sir John A. Macdonald Day. His portrait is on the $10 bill.

Sir George-Étienne Cartier was the key architect of Confederation from Quebec. A railway lawyer, Montrealer, close ally of Macdonald and patriotic Canadien, Cartier led Quebec into Confederation and helped negotiate the entry of the Northwest Territories, Manitoba and British Columbia into Canada.

Challenge in the West

When Canada took over the vast northwest region from the Hudson’s Bay Company in 1869, the 12,000 Métis of the Red River were not consulted. In response, Louis Riel led an armed uprising and seized Fort Garry, the territorial capital. Canada’s future was in jeopardy. How could the Dominion reach from sea to sea if it could not control the interior?

Ottawa sent soldiers to retake Fort Garry in 1870. Riel fled to the United States and Canada established a new province: Manitoba. Riel was elected to Parliament but never took his seat. Later, as Métis and Indian rights were again threatened by westward settlement, a second rebellion in 1885 in present-day Saskatchewan led to Riel’s trial and execution for high treason, a decision that was strongly opposed in Quebec. Riel is seen by many as a hero, a defender of Métis rights and the father of Manitoba.

After the first Métis uprising, Prime Minister Macdonald established the North West Mounted Police (NWMP) in 1873 to pacify the West and assist in negotiations with the Indians. The NWMP founded Fort Calgary, Fort MacLeod and other centres that today are cities and towns. Regina became its headquarters. Today, the Royal Canadian Mounted Police (RCMP or “the Mounties”) are the national police force and one of Canada’s best-known symbols. Some of Canada’s most colourful heroes, such as Major General Sir Sam Steele, came from the ranks of the Mounties.

 

Photo described below

 

(From left to right)
 
Fort Garry, 1863: the flag of the Hudson’s Bay Company flew over Western Canada for 200 years before Confederation
Sir Sam Steele: A great frontier hero, Mounted Policeman, and soldier of the Queen
Métis Resistance: Gabriel Dumont was the Métis’ greatest military leader

[  See larger version  ]

Photo described below

 

Members of the train crew pose with a westbound Pacific Express,
at the first crossing of the Illecillewaet River near Glacier, B.C., 1886

[  See larger version  ]

Photo described below

Chinese workers’ camp on
the CPR, Kamloops, B.C., 1886
See larger version ]

A Railway from Sea to Sea

British Columbia joined Canada in 1871 after Ottawa promised to build a railway to the West Coast. On November 7, 1885, a powerful symbol of unity was completed when Donald Smith (Lord Strathcona), the Scottish-born director of the Canadian Pacific Railway (CPR), drove the last spike. The project was financed by British and American investors and built by both European and Chinese labour. Afterwards the Chinese were subject to discrimination, including the Head Tax, a race-based entry fee. The Government of Canada apologized in 2006 for this discriminatory policy. After many years of heroic work, the CPR’s “ribbons of steel” fulfilled a national dream.

Moving Westward

Canada’s economy grew and became more industrialized during the economic boom of the 1890s and early 1900s. One million British and one million Americans immigrated to Canada at this time.

Sir Wilfrid Laurier became the first French-Canadian prime minister since Confederation and encouraged immigration to the West. His portrait is on the $5 bill. The railway made it possible for immigrants, including 170,000 Ukrainians, 115,000 Poles and tens of thousands from Germany, France, Norway and Sweden to settle in the West before 1914 and develop a thriving agricultural sector.

The First World War

Photo described below

(From top to bottom)
 
Maple leaf cap badge from the First World War. Canada’s soldiers began using the maple leaf in the 1850s
 
The Vimy Memorial in France honours those who served and died in the Battle of Vimy Ridge on April 9, 1917, the first British victory of the First World War

[  See larger version  ]

Most Canadians were proud to be part of the British Empire. Over 7,000 volunteered to fight in the South African War 1899–1902), popularly known as the Boer War, and over 260 died. In 1900, Canadians took part in the battles of Paardeberg (“Horse Mountain”) and Lillefontein, victories that strengthened national pride in Canada.

When Germany attacked Belgium and France in 1914 and Britain declared war, Ottawa formed the Canadian Expeditionary Force (later the Canadian Corps). More than 600,000 Canadians served in the war, most of them volunteers, out of a total population of eight million.

On the battlefield, the Canadians proved to be tough, innovative soldiers. Canada shared in the tragedy and triumph of the Western Front. The Canadian Corps captured Vimy Ridge in April 1917, with 10,000 killed or wounded, securing the Canadians’ reputation for valour as the “shock troops of the British Empire.” One Canadian officer said: “It was Canada from the Atlantic to the Pacific on parade… In those few minutes I witnessed the birth of a nation.” April 9 is celebrated as Vimy Day.

Regrettably, from 1914 to 1920, Ottawa interned over 8,000 former Austro-Hungarian subjects, mainly Ukrainian men, as “enemy aliens” in 24 labour camps across Canada, even though Britain advised against the policy.

In 1918, under the command of General Sir Arthur Currie, Canada’s greatest soldier, the Canadian Corps advanced alongside the French and British Empire troops in the last hundred days. These included the victorious Battle of Amiens on August 8, 1918–which the Germans called “the black day of the German Army”–followed by Arras, Canal du Nord, Cambrai and Mons. With Germany and Austria’s surrender, the war ended in the Armistice on November 11, 1918. In total 60,000 Canadians were killed and 170,000 wounded. The war strengthened both national and imperial pride, particularly in English Canada.

Photo described below

 

(From left to right)
Sergeant, Fort Garry Horse, Canadian Expeditionary Force, 1916
Sir Arthur Currie, a reserve officer, became Canada’s greatest soldier
See larger version ]

Women Get the Vote

Photo described below

 

More than 3,000 nurses, nicknamed “Bluebirds,”
served in the Royal
Canadian Army Medical
Corps, 2,500 of them
overseas
See larger version ]

Photo described below

 

Agnes Macphail,
a farmer and teacher,
became the first woman
MP in 1921
See larger version ]

At the time of Confederation, the vote was limited to property-owning adult white males. This was common in most democratic countries at the time. The effort by women to achieve the right to vote is known as the women’s suffrage movement. Its founder in Canada was Dr. Emily Stowe, the first Canadian woman to practise medicine in Canada. In 1916, Manitoba became the first province to grant voting rights to women.

In 1917, thanks to the leadership of women such as Dr. Stowe and other suffragettes, the federal government of Sir Robert Borden gave women the right to vote in federal elections — first to nurses at the battle front, then to women who were related to men in active wartime service. In 1918, most Canadian female citizens aged 21 and over were granted the right to vote in federal elections. In 1921 Agnes Macphail, a farmer and teacher, became the first woman MP. Due to the work of Thérèse Casgrain and others, Quebec granted women the vote in 1940.

Photo described below

(From left to right)

Canadian soldiers observe Remembrance Day
Remembrance Day poppy
Canadian war veteran

[  See larger version ]

Canadians remember the sacrifices of our veterans and brave fallen in all wars up to the present day in which Canadians took part, each year on November 11: Remembrance Day. Canadians wear the red poppy and observe a moment of silence at the 11th hour of the 11th day of the 11th month to honour the sacrifices of over a million brave men and women who have served, and the 110,000 who have given their lives. Canadian medical officer Lieutenant-Colonel John McCrae composed the poem “In Flanders Fields” in 1915; it is often recited on Remembrance Day:

In Flanders fields the poppies blow
Between the crosses, row on row,
That mark our place; and in the sky
The larks, still bravely singing, fly
Scarce heard amid the guns below.

We are the dead. Short days ago
We lived, felt dawn, saw sunset glow,
Loved, and were loved, and now we lie
In Flanders fields.

Take up our quarrel with the foe:
To you from failing hands we throw
The torch; be yours to hold it high.
If ye break faith with us who die
We shall not sleep, though poppies grow
In Flanders fields.

Photo described below

Scouts with Remembrance
Day wreath
See larger version ]

Photo described below

Phil Edwards was a Canadian track and field champion. Born in British Guiana, he won bronze medals for Canada in the 1928, 1932, and 1936 Olympics, then graduated from McGill University Medical School. He served as a captain in the Canadian Army during the Second World War, and, as a Montreal doctor, became an expert in tropical diseases.
See larger version ]

Between the Wars

After the First World War, the British Empire evolved into a free association of states known as the British Commonwealth of Nations. Canada remains a leading member of the Commonwealth to this day, together with other successor states of the Empire such as India, Australia, New Zealand, and several African and Caribbean countries.

The “Roaring Twenties” were boom times, with prosperity for businesses and low unemployment. The stock market crash of 1929, however, led to the Great Depression or the “Dirty Thirties.” Unemployment reached 27% in 1933 and many businesses were wiped out. Farmers in Western Canada were hit hardest by low grain prices and a terrible drought.

There was growing demand for the government to create a social safety net with minimum wages, a standard work week and programs such as unemployment insurance. The Bank of Canada, a central bank to manage the money supply and bring stability to the financial system, was created in 1934. Immigration dropped and many refugees were turned away, including Jews trying to flee Nazi Germany in 1939.

Photo described below

In the Second World War, the Canadians captured Juno Beach as part of
the Allied invasion of Normandy on D-Day, June 6, 1944

[  See larger version  ]

The D-Day Invasion, June 6, 1944

In order to defeat Nazism and Fascism, the Allies invaded Nazi-occupied Europe. Canadians took part in the liberation of Italy in 1943–44. In the epic invasion of Normandy in northern France on June 6, 1944, known as D-Day, 15,000 Canadian troops stormed and captured Juno Beach from the German Army, a great national achievement shown in this painting by Orville Fisher. Approximately one in ten Allied soldiers on D-Day was Canadian. The Canadian Army liberated the Netherlands in 1944–45 and helped force the German surrender of May 8, 1945, bringing to an end six years of war in Europe.

The Second World War

The Second World War began in 1939 when Adolf Hitler, the National Socialist (Nazi) dictator of Germany, invaded Poland and conquered much of Europe. Canada joined with its democratic allies in the fight to defeat tyranny by force of arms.

More than one million Canadians and Newfoundlanders (Newfoundland was a separate British entity) served in the Second World War, out of a population of 11.5 million. This was a high proportion and of these, 44,000 were killed.

The Canadians fought bravely and suffered losses in the unsuccessful defence of Hong Kong (1941) from attack by Imperial Japan, and in a failed raid on Nazi-controlled Dieppe on the coast of France (1942).

The Royal Canadian Air Force (RCAF) took part in the Battle of Britain and provided a high proportion of Commonwealth aircrew in bombers and fighter planes over Europe. Moreover, Canada contributed more to the Allied air effort than any other Commonwealth country, with over 130,000 Allied air crew trained in Canada under the British Commonwealth Air Training Plan.

The Royal Canadian Navy (RCN) saw its finest hour in the Battle of the Atlantic, protecting convoys of merchant ships against German submarines. Canada’s Merchant Navy helped to feed, clothe and resupply Britain. At the end of the Second World War, Canada had the third-largest navy in the world.

In the Pacific war, Japan invaded the Aleutian Islands, attacked a lighthouse on Vancouver Island, launched fire balloons over B.C. and the Prairies, and grossly maltreated Canadian prisoners of war captured at Hong Kong. Japan surrendered on August 14, 1945—the end of four years of war in the Pacific.

Regrettably, the state of war and public opinion in B.C. led to the forcible relocation of Canadians of Japanese origin by the federal government and the sale of their property without compensation. This occurred even though the military and the RCMP told Ottawa that they posed little danger to Canada. The Government of Canada apologized in 1988 for wartime wrongs and compensated the victims.

Découvrir le Canada - L’histoire du Canada

L’histoire du Canada

Écoutez ce chapitre

Les peuples autochtones

Lorsque les Européens arrivent au Canada, ils constatent que toutes les régions sont habitées par des peuples autochtones, qu’ils appellent « Indiens », car les premiers explorateurs croyaient avoir atteint les Indes orientales. Ces peuples vivent de la terre, certains de la chasse et de la cueillette, d’autres, de l’agriculture. Les Hurons-Wendats de la région des Grands Lacs sont, comme les Iroquois, des agriculteurs et des chasseurs. Les Cris et les Dénés du Nord-Ouest sont des chasseurs-cueilleurs. Les Sioux sont des nomades qui suivent les troupeaux de bisons. Les Inuits se nourrissent des animaux sauvages de l’Arctique. Les Autochtones de la côte Ouest font sécher et fumer le poisson pour le conserver. Les groupes autochtones se font souvent la guerre pour agrandir leur territoire, maîtriser les ressources et accroître leur prestige.

L’arrivée des négociants en fourrures, des missionnaires, des soldats et des colons européens modifie à jamais le mode de vie autochtone. Un grand nombre d’Autochtones meurent de maladies transmises par les Européens, contre lesquelles ils ne sont pas immunisés. Malgré tout, durant les 200 premières années de leur coexistence, Autochtones et Européens forment des liens économiques, religieux et militaires solides qui jettent les bases du Canada.

Les premiers européens

Les Vikings d’Islande, qui ont colonisé le Groenland il y a 1 000 ans, ont aussi atteint le Labrador et l’île de Terre-Neuve. Les vestiges de leur établissement, l’Anse aux Meadows, sont un site du patrimoine mondial.

L’exploration européenne commence véritablement en 1497, avec l’expédition de Jean Cabot, le premier à dessiner une carte de la côte Est du Canada.

Photo décrite ci-dessous

Camp indien au temps de
la traite des fourrures

[  Voir la plus grande version  ]

Photo décrite ci-dessous

 

Jean Cabot, Italien ayant immigré en Angleterre, est le premier à tracer la carte de la côte Atlantique du Canada. Il débarque à Terre-Neuve ou à l’île du Cap-Breton en 1497 et prend possession de cette nouvelle terre au nom de l’Angleterre. Les Anglais ne commencent à s’y établir qu’en 1610

Voir la plus grande version ]

Un fleuve est exploré, le Canada trouve son nom

De 1534 à 1542, Jacques Cartier traverse trois fois l’Atlantique, revendiquant des terres pour le roi de France, François Ier. Cartier entend deux guides qu’il a capturés prononcer le mot iroquois kanata, qui signifie « village ». Dès les années 1550, on voit apparaître le nom Canada sur les cartes.

La Nouvelle-France royale

En 1604, les explorateurs français Pierre de Monts et Samuel de Champlain fondent le premier établissement européen au nord de la Floride – premièrement à l’île Sainte-Croix (aujourd’hui dans le Maine), puis à Port-Royal, en Acadie (aujourd’hui en Nouvelle-Écosse). En 1608, Champlain bâtit une forteresse sur l’emplacement actuel de la ville de Québec. Les colons doivent résister au climat rigoureux. Grâce à Champlain, les colons se sont alliés aux Algonquins, aux Montagnais et aux Hurons, ennemis historiques des Iroquois; ces derniers ont formé une confédération de cinq, puis de six Premières Nations, qui s’est battue contre les Français pendant un siècle. Les Français et les Iroquois ont conclu la paix en 1701.

Les Français et les Autochtones collaborent à l’important commerce de la traite des fourrures, stimulé par la forte demande pour les peaux de castor en Europe. Des dirigeants exceptionnels, comme Jean Talon, Monseigneur de Laval et le comte de Frontenac, bâtissent en Amérique du Nord un empire français qui s’étend de la baie d’Hudson au golfe du Mexique.

Photo décrite ci-dessous

Jacques Cartier est le premier Européen à explorer le fleuve Saint-Laurent et à découvrir les lieux sur lesquels seront fondées les villes de Québec et de Montréal

[  Voir la plus grande version  ]

Photo décrite ci-dessous

 

(De gauche à droite)
 
Le comte de Frontenac refuse de livrer Québec aux Anglais en 1690, déclarant :
« Je n’ai point de réponse à faire à votre général que par la bouche de mes canons… »

Pierre Le Moyne, sieur d’Iberville, était un héros important de la Nouvelle-France; il a remporté de nombreuses victoires sur les Anglais, de la baie James au nord à Nevis dans les Caraïbes, à la fin du XVIIe siècle et au début du XVIIIe siècle

Sir Guy Carleton (lord Dorchester) a, en tant que gouverneur du Québec, défendu les droits des Canadiens, repoussé l’invasion américaine de Québec de 1775 et supervisé la migration des loyalistes vers la Nouvelle-Écosse et le Québec en 1782-1783

[  Voir la plus grande version  ]

La lutte pour un continent

En 1670, le roi Charles II d’Angleterre accorde à la Compagnie de la Baie d’Hudson l’exclusivité du commerce dans le bassin hydrographique se déversant dans la baie d’Hudson. Durant les 100 années qui suivent, la Compagnie fait concurrence aux négociants établis à Montréal. Les hommes habiles et courageux qui se déplacent en canot, appelés voyageurs ou coureurs des bois, forment de solides alliances avec les Premières Nations.

Les colonies anglaises établies dès le début du dix-septième siècle le long de la côte atlantique finissent par devenir plus riches et plus peuplées que la Nouvelle-France. Au dix-huitième siècle, la France et la Grande-Bretagne se font la guerre pour devenir maîtres de l’Amérique du Nord. En 1759, les Britanniques gagnent la bataille des plaines d’Abraham à Québec, marquant ainsi la fin de l’Empire français en Amérique. Les commandants des deux armées, le brigadier James Wolfe et le marquis de Montcalm, sont tués tandis qu’ils mènent leurs troupes au combat.

La province de Québec

Après la guerre, la Grande-Bretagne donne à la colonie le nom de « Province de Québec ». Les francophones catholiques, appelés habitants ou Canadiens, cherchent à préserver leur mode de vie au sein de l’Empire britannique anglophone dirigé par des protestants.

Une tradition d’accommodement

Afin de mieux administrer la majorité catholique romaine francophone, le Parlement britannique adopte l’Acte de Québec en 1774. L’un des fondements constitutionnels du Canada, l’Acte de Québec adapte les principes des institutions britanniques à la réalité de la province. Il accorde la liberté religieuse aux catholiques et leur permet d’exercer des fonctions officielles, une pratique non autorisée en Grande-Bretagne à l’époque. L’Acte de Québec prévoit que les règles juridiques françaises seront de nouveau appliquées pour les affaires civiles, et que les règles juridiques anglaises continueront d’être appliquées pour les affaires criminelles.

Les loyalistes de l’empire-uni

En 1776, les treize colonies britanniques au sud du Québec proclament leur indépendance et forment les États-Unis. L’Amérique du Nord est de nouveau divisée par la guerre. Plus de 40 000 personnes fidèles à la Couronne, les « loyalistes », fuient l’oppression de la Révolution américaine afin de s’établir en Nouvelle-Écosse et au Québec. Joseph Brant conduit des milliers d’Indiens mohawks loyalistes au Canada. Les loyalistes sont notamment d’origine hollandaise, allemande, britannique, scandinave, autochtone et d’autres origines, et de confession presbytérienne, anglicane, baptiste, méthodiste, juive, quaker et catholique. Quelque 3 000 loyalistes noirs, esclaves ou affranchis, viennent vers le nord à la recherche d’une vie meilleure. Par la suite, certains Néo-Écossais noirs, ayant reçu des terres stériles, se sont rendus en Afrique de l’Ouest en 1792 afin d’y établir Freetown, en Sierra Leone, nouvelle colonie britannique pour les esclaves affranchis.

 

Naissance de la démocratie

Les institutions démocratiques se développent progressivement et pacifiquement. La première assemblée de représentants est élue à Halifax, en Nouvelle-Écosse, en 1758. Vont suivre l’Île-du-Prince-Édouard en 1773 et le Nouveau-Brunswick en 1785. L’Acte constitutionnel de 1791 divise la Province de Québec en deux entités, le Haut-Canada (aujourd’hui l’Ontario), essentiellement loyaliste, protestant et anglophone, et le Bas-Canada (aujourd’hui le Québec), surtout catholique et francophone.

L’Acte accorde pour la première fois aux deux Canadas des assemblées législatives élues par la population. Le nom Canada devient alors officiel et sera toujours utilisé par la suite. Les colonies de la côte atlantique et les deux Canadas sont appelés collectivement « Amérique du Nord britannique ».

Photo décrite ci-dessous

 

La première assemblée élue du Bas-Canada, à Québec, débat pour savoir si l’on utilisera le français et l’anglais, le 21 janvier 1793

[  Voir la plus grande version  ]

Abolition de l’esclavage

L’esclavage a existé dans le monde entier, en Asie, en Afrique, au Moyen-Orient et jusqu’aux Amériques. Le premier mouvement en faveur de l’abolition du commerce transatlantique des esclaves apparaît au sein du Parlement britannique à la fin des années 1700. En 1793, le Haut-Canada, dirigé par le lieutenant-gouverneur John Graves Simcoe, un officier militaire loyaliste, est la première province de l’Empire à prendre le virage de l’abolition. En 1807, le Parlement britannique interdit la vente et l’achat d’esclaves et abolit ensuite l’esclavage dans tout l’Empire en 1833. Des milliers d’esclaves fuient les États-Unis. Ils suivent « l’étoile du Nord » et s’établissent au Canada grâce au « chemin de fer clandestin », un réseau chrétien antiesclavagiste.

Une économie en croissance

Les premières entreprises au Canada, formées sous les régimes français et britannique, se font concurrence pour la traite des fourrures. La Compagnie de la Baie d’Hudson, dont les employés sont français, britanniques et autochtones, en vient à dominer le commerce dans le Nord-Ouest, de Fort Garry (Winnipeg) et Fort Edmonton à Fort Langley (près de Vancouver) et Fort Victoria – des postes de traite devenus plus tard des villes.

Les premières institutions financières voient le jour à la fin du dix-huitième siècle et au début du dix-neuvième siècle. La Bourse de Montréal est créée en 1832. Pendant des siècles, l’économie du Canada repose essentiellement sur l’agriculture et l’exportation de ressources naturelles, comme la fourrure, le poisson et le bois de sciage, qui sont transportées par les routes, les lacs, les rivières, les fleuves et les canaux.

Photo décrite ci-dessous

 

(De gauche à droite)

Le lieutenant-colonel John Graves Simcoe est le premier lieutenant-gouverneur du Haut-Canada. Il fonde la ville de York (aujourd’hui Toronto). Grâce à John Simcoe, le Haut-Canada est la première colonie de l’Empire britannique à abolir l’esclavage

Mary Ann Shadd Cary est une militante au franc-parler du mouvement visant à abolir l’esclavage aux États-Unis. En 1853, elle devient la première éditrice au Canada, contribuant à fonder et à diriger The Provincial Freeman, un hebdomadaire dédié à la lutte contre l’esclavage, à la promotion de l’immigration noire au Canada et de la modération (incitant les gens à boire moins d’alcool), et au soutien du pouvoir britannique


[  Voir la plus grande version  ]

Photo décrite ci-dessous

Des miliciens canadiens
français ont aidé à
défendre le Canada pendant
la guerre de 1812

[  Voir la plus grande version ]

The War of 1812: The Fight for Canada

Après la défaite de la flotte de Napoléon Bonaparte à la bataille de Trafalgar (1805), la Royal Navy domine sur la mer. L’Empire britannique, dont le Canada fait partie, résiste à Bonaparte qui cherche à dominer l’Europe. Cet affrontement amène les Britanniques à s’ingérer dans le commerce maritime des Américains, ce que ces derniers acceptent mal. Convaincus qu’il sera facile de s’emparer du Canada, les États-Unis lancent une invasion en juin 1812. Mais les Américains se trompent. Des volontaires canadiens et des membres des Premières Nations, dont des Shawnees dirigés par le chef Tecumseh, aident les soldats britanniques à défendre le Canada. En juillet, le major-général sir Isaac Brock s’empare de Detroit, mais il est tué lors d’une attaque américaine à Queenston Heights, près de Niagara Falls, attaque qui sera tout de même repoussée avec succès. En 1813, le lieutenant-colonel Charles de Salaberry et 460 soldats, pour la plupart des Canadiens français, refoulent 4 000 envahisseurs américains à Châteauguay, au sud de Montréal. En 1813, les Américains incendient la résidence du gouverneur général et les édifices du Parlement à York (aujourd’hui Toronto). En guise de représailles, en 1814, le major-général Robert Ross quitte la Nouvelle-Écosse à la tête d’une expédition qui se solde par l’incendie de la Maison-Blanche et d’autres édifices publics à Washington D.C. Ross meurt au combat peu après et est enterré à Halifax avec tous les honneurs militaires.

En 1814, la tentative de conquête du Canada par les Américains est un échec complet. Les Britanniques mettent en place un coûteux système de défense au Canada, notamment les citadelles de Halifax et de Québec, la cale sèche à Halifax et Fort Henry à Kingston, qui sont aujourd’hui des lieux historiques populaires. La frontière canado-américaine actuelle a été en partie tracée à la suite de la guerre de 1812, qui a permis de garantir que le Canada resterait indépendant des États-Unis.

Photo décrite ci-dessous

 

(De gauche à droite)
 
Le HMS Shannon, bâtiment de la Royal Navy, guide l’USS Chesapeake, qu’il a capturé, dans le port d’Halifax, en 1813. Il y a aussi des batailles navales sur les Grands Lacs
 
Le major-général sir Isaac Brock et le chef Tecumseh. Ensemble, les troupes britanniques, les
Premières nations et les volontaires canadiens repoussent une invasion américaine en 1812-1814

[  Voir la plus grande version  ]

Photo décrite ci-dessous

 

(De gauche à droite)
 
Le duc de Wellington a envoyé quelques-uns de ses meilleurs soldats pour défendre le Canada en 1814. Il a ensuite décidé de terminer le canal Rideau à Bytown (Ottawa) dans le cadre de la mise en place d’un réseau de forts visant à empêcher les États-Unis d’envahir encore une fois le Canada. Wellington, qui a vaincu Napoléon en 1815, a donc joué un rôle direct dans la fondation de la capitale nationale

En 1813, Laura Secord, pionnière et mère de cinq enfants, a entrepris une marche dangereuse de 19 miles (30 km) afin d’avertir le lieutenant James FitzGibbon d’une attaque planifiée par les Américains. Sa bravoure a contribué à la victoire remportée à Beaver Dams. Son héroïsme est encore reconnu aujourd’hui

Les rébellions de 1837 et 1838

Durant les années 1830, les réformateurs du Haut-Canada et du Bas-Canada estiment que les progrès vers la démocratie véritable sont trop lents. Certains sont d’avis que le Canada devrait adopter les valeurs républicaines des Américains ou même essayer de se joindre aux États-Unis. Lorsque des rébellions armées se produisent en 1837 et 1838 aux environs de Montréal et à Toronto, les rebelles n’obtiennent pas l’appui de la population qu’il leur faudrait pour réussir. Ils sont défaits par les troupes britanniques et des volontaires canadiens. Plusieurs rebelles sont pendus ou envoyés en exil; certains de ces derniers reviendront plus tard au pays.

Lord Durham, un réformateur anglais dépêché pour faire rapport sur les rébellions, recommande de fusionner le Haut-Canada et le Bas-Canada et de les doter d’un gouvernement responsable. Cela signifie que les ministres de la Couronne doivent obtenir le soutien de la majorité des représentants élus pour gouverner. Suscitant la controverse, lord Durham ajoute que le moyen le plus rapide pour les Canadiens français de réaliser des progrès est de s’assimiler à la culture protestante anglophone. Cette recommandation illustre une incompréhension totale à l’égard des Canadiens français, qui cherchent à protéger l’identité distincte du Canada français.

Certains réformateurs, dont sir Étienne-Paschal Taché et sir George-Étienne Cartier, deviendront plus tard des Pères de la Confédération, de même qu’un ancien membre des troupes gouvernementales volontaires du Haut-Canada, sir John A. Macdonald.

Le gouvernement responsable

En 1840, le Haut-Canada et le Bas-Canada sont réunis pour former la Province du Canada. Des réformateurs comme sir Louis-Hippolyte La Fontaine et Robert Baldwin, de même que Joseph Howe en Nouvelle-Écosse, collaborent avec les gouverneurs britanniques à l’établissement d’un gouvernement responsable.

La première colonie de l’Amérique du Nord britannique à se doter d’un gouvernement pleinement responsable est la Nouvelle-Écosse, en 1847-1848. En 1848-1849, le gouverneur du Canada-Uni, lord Elgin, avec les encouragements de Londres, établit un gouvernement responsable.

Ce système est celui que nous avons aujourd’hui : si le gouvernement perd un vote de confiance à l’assemblée législative, il doit démissionner. La Fontaine, défenseur de la démocratie et des droits des francophones, devient le premier chef d’un gouvernement responsable des deux Canadas.

Photo décrite ci-dessous

 

Sir Louis-Hippolyte La Fontaine,
un défenseur des droits des
francophones, devient le
premier chef d’un
gouvernement responsable
(semblable à un premier
ministre) au Canada en 1849

[  Voir la plus grande version  ]

La confédération

De 1864 à 1867, les représentants de la Nouvelle-Écosse, du Nouveau-Brunswick et de la Province du Canada, avec l’appui des Britanniques, travaillent ensemble pour créer un nouveau pays. On appelle ces hommes les Pères de la Confédération. Ils instaurent deux ordres de gouvernement, soit le fédéral et le provincial. L’ancienne Province du Canada est séparée en deux nouvelles provinces : l’Ontario et le Québec, qui, ensemble, avec le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse, forment le nouveau pays appelé le Dominion (ou Puissance) du Canada. Chaque province élit sa propre assemblée législative et exerce son autorité sur des domaines tels que l’éducation et la santé.

L’Acte de l’Amérique du Nord britannique est adopté par le Parlement britannique en 1867. Le Dominion du Canada est officiellement créé le 1er juillet 1867. Jusqu’en 1982, le 1er juillet est célébré sous le nom de « Fête du Dominion » afin de commémorer le jour où le Canada est devenu un dominion doté d’un gouvernement autonome. Aujourd’hui, cette fête est officiellement connue sous le nom de « Fête du Canada ».

L’Acte de l’Amérique du Nord britannique est adopté par le Parlement britannique en 1867. Le Dominion du Canada est officiellement créé le 1er juillet 1867. Jusqu’en 1982, le 1er juillet est célébré sous le nom de « Fête du Dominion » afin de commémorer le jour où le Canada est devenu un dominion doté d’un gouvernement autonome. Aujourd’hui, cette fête est officiellement connue sous le nom de « Fête du Canada ».

Photo décrite ci-dessous

Les Pères de la Confédération créent le Dominion ou
« Puissance » du Canada le 1er juillet 1867, anniversaire
du pays que nous connaissons aujourd’hui
Voir la plus grande version ]

Photo décrite ci-dessous


Billet d’un dollar du Dominion du Canada, de 1923, à
l’effigie du roi George V. Ce souverain établit en 1921
les couleurs officielles du Canada (rouge et blanc), qui
sont aujourd’hui les couleurs du drapeau canadien
Voir la plus grande version ]

Dominion d’un océan à l’autre

C’est en 1864 que sir Leonard Tilley, représentant élu du Nouveau-Brunswick et l’un des Pères de la Confédération, suggère le terme Dominion du Canada. Il s’inspire du passage suivant du psaume 72 de la Bible : « Qu’il domine d’une mer à l’autre, et du Fleuve jusqu’au bout de la terre! » Ce passage incarne la vision de la création d’un pays puissant, uni, prospère et libre, s’étendant sur tout un continent. Ce titre est inscrit dans la Constitution et la désignation « dominion » qui signifie « puissance », utilisée pendant plus d’un siècle, fait toujours partie de notre patrimoine.

Élargissement du Dominion

1867 — Ontario, Québec, Nouvelle-Écosse, Nouveau-Brunswick

1870 — Manitoba, Territoires du Nord-Ouest (T.N.-O.)

1871 — Colombie-Britannique

1873 — Île-du-Prince-Édouard

1880 — Transfert des îles de l’Arctique (aux T.N.-O.)

1898 — Territoire du Yukon

1905 — Alberta, Saskatchewan

1949 — Terre-Neuve et Labrador

1999 — Nunavut

Le saviez-vous? Dans les années 1920, certains estiment que les Antilles britanniques (les territoires britanniques dans la mer des Caraïbes) devraient être annexées au Canada. Cela n’a pas lieu, mais le Canada et les pays et territoires des Antilles membres du Commonwealth entretiennent aujourd’hui d’étroites relations.

Le premier premier ministre du Canada

En 1867, sir John Alexander Macdonald, un des Pères de la Confédération, devient le premier premier ministre du Canada. Né le 11 janvier 1815 en Écosse, il arrive dans le Haut-Canada pendant son enfance. Il pratique comme avocat à Kingston, en Ontario. C’est un homme politique brillant et un personnage coloré. Le Parlement a fait du 11 janvier la Journée sir John A. Macdonald. Son portrait figure sur les billets de dix dollars.

Sir George-Étienne Cartier est le principal architecte de la Confédération issu du Québec. Avocat spécialisé dans le domaine des chemins de fer, Montréalais, proche allié de Macdonald et Canadien français patriote, Cartier fait entrer le Québec dans la Confédération et aide à négocier l’entrée dans le Canada des Territoires du Nord-Ouest, du Manitoba et de la Colombie-Britannique.

Photo décrite ci-dessous

 

Sir John A. Macdonald,
premier premier ministre
du Dominion du Canada
Voir la plus grande version ]

Contestation dans l’Ouest

Quand, en 1869, le Canada prend possession des vastes régions du Nord-Ouest transférées par la Compagnie de la Baie d’Hudson, les 12 000 Métis de la rivière Rouge ne sont pas consultés. En réaction, Louis Riel mène une révolte armée et s’empare de Fort Garry, la capitale territoriale. L’avenir du Canada est menacé. Comment le Dominion peut-il s’étendre d’un océan à l’autre s’il ne domine pas son territoire?

En 1870, Ottawa envoie des soldats pour reprendre Fort Garry. Riel s’enfuit aux États-Unis et le Canada crée une nouvelle province, le Manitoba. Riel est élu au Parlement, mais il n’occupera jamais son siège. Plus tard, les droits des Métis et des Indiens sont de nouveau menacés par l’accroissement de la colonisation vers l’Ouest et, en 1885, une deuxième révolte dans l’actuelle Saskatchewan mène au procès de Riel et à son exécution pour haute trahison, jugement auquel s’oppose fermement le Québec. Beaucoup voient en Riel un héros, un défenseur des droits des Métis et le père du Manitoba.

En 1873, après la première révolte des Métis, le premier ministre Macdonald crée la Police à cheval du Nord-Ouest (PCNO) afin de pacifier l’Ouest et de faciliter les négociations avec les Indiens. La PCNO fonde Fort Calgary, Fort MacLeod et d’autres centres qui sont aujourd’hui devenus des villes et des municipalités. Regina devient son quartier général. Aujourd’hui, la Gendarmerie royale du Canada (GRC ou « police montée ») est la force nationale de police et l’un des symboles les plus connus de notre pays. Certains des héros les plus colorés du Canada, comme le major-général sir Sam Steele, sont issus des rangs de la police montée.

Photo décrite ci-dessous

 

(De gauche à droite)
 
Fort Garry, 1863 : le drapeau de la Compagnie de la Baie d’Hudson a flotté au-dessus de l’Ouest canadien pendant 200 ans avant la Confédération
Sir Sam Steele : grand héros de la conquête de l’Ouest, membre de la Police à cheval du Nord-Ouest et soldat de la reine
La résistance des Métis : Gabriel Dumont est le plus grand des chefs militaires métis

[  Voir la plus grande version  ]

Photo décrite ci-dessous

 

Des membres d’une équipe de train devant un train express du Canadien Pacifique en direction de
l’ouest, lors de la première traversée de la rivière Illecillewaet près de Glacier, en Colombie-Britannique, en 1886

[  Voir la plus grande version  ]

Un chemin de fer d’un océan à l’autre

La Colombie-Britannique intègre le Canada en 1871 après avoir reçu d’Ottawa la promesse de la construction d’un chemin de fer jusqu’à la côte Ouest. Le 7 novembre 1885, ce puissant symbole d’unité est achevé lorsque Donald Smith (lord Strathcona), administrateur du Chemin de fer Canadien Pacifique (CFCP) natif de l’Écosse, pose le dernier crampon. Le projet est financé par des investisseurs américains et britanniques et construit par des travailleurs européens et chinois. Plus tard, les Chinois seront victimes de discrimination, faisant notamment l’objet d’une taxe d’entrée fondée sur la race. En 2006, le gouvernement du Canada a présenté ses excuses pour cette politique discriminatoire. Après des années de travail héroïque, les « rubans d’acier » du CFCP concrétisent un rêve national.

Photo décrite ci-dessous

 

Camp de travailleurs chinois
le long du CFCP, à Kamloops,
en Colombie-Britannique, en 1886
Voir la plus grande version ]

La migration vers l’Ouest

L’économie du Canada se développe et s’industrialise durant le boom économique des années 1890 et du début du vingtième siècle. À cette époque, un million de Britanniques et un million d’Américains immigrent au Canada.

Sir Wilfrid Laurier est le premier Canadien français à devenir premier ministre depuis la Confédération et il encourage l’immigration vers l’Ouest. Son portrait figure sur les billets de cinq dollars. Grâce au chemin de fer, 170 000 Ukrainiens, 115 000 Polonais et des dizaines de milliers d’Allemands, de Français, de Norvégiens, de Suédois et d’autres immigrants s’établissent dans l’Ouest canadien avant 1914 et y développent un secteur agricole prospère.

La Première Guerre mondiale

Photo décrite ci-dessous

 

(De haut en bas)
 
Écusson de casquette de la Première Guerre mondiale représentant la feuille d’érable. Les soldats canadiens commencent à porter la feuille d’érable dans les années 1850
Le monument commémoratif de Vimy en France rend hommage à ceux qui ont servi et ont été tués à la bataille de la crête de Vimy le 9 avril 1917, la première victoire britannique de la Première Guerre mondiale
Voir la plus grande version ]

La plupart des Canadiens sont fiers de faire partie de l’Empire britannique. Plus de 7 000 se portent volontaires pour participer à la guerre d’Afrique du Sud (1899-1902), communément appelée la guerre des Boers, où plus de 260 d’entre eux trouvent la mort. En 1900, des Canadiens combattent dans les batailles de Paardeberg (« montagne aux chevaux ») et de Lillefontein, des victoires qui renforcent la fierté nationale au Canada.

Quand l’Allemagne attaque la Belgique et la France en 1914 et que la Grande-Bretagne déclare la guerre, Ottawa constitue le Corps expéditionnaire canadien (devenu plus tard le Corps canadien). Plus de 600 000 Canadiens participent à la guerre – la plupart volontairement – sur une population totale de huit millions.

Sur le champ de bataille, les soldats canadiens se révèlent combatifs et audacieux. Le Canada prend part à la tragédie et au triomphe du front de l’Ouest. Le Corps canadien s’empare de la crête de Vimy en avril 1917, au prix de 10 000 morts et blessés, solidifiant ainsi la réputation de bravoure des Canadiens en tant que « troupes de choc de l’Empire britannique ». Un officier canadien a affirmé : « C’était tout le Canada de l’Atlantique au Pacifique qui passait. Pendant ces quelques minutes, j’ai assisté à la naissance d’un pays. » Le 9 avril est le Jour de la bataille de Vimy.

Malheureusement, de 1914 à 1920, Ottawa a interné plus de 8 000 anciens ressortissants austro-hongrois, principalement des Ukrainiens de sexe masculin, à titre de « ressortissants d’un pays ennemi », dans 24 camps de travail partout au pays, même si la Grande-Bretagne avait déconseillé au Canada de le faire.

En 1918, sous le commandement du général sir Arthur Currie, le plus grand soldat canadien, le Corps canadien progresse aux côtés des soldats français et britanniques durant les cent derniers jours du conflit. C’est alors qu’a lieu la bataille victorieuse d’Amiens, le 8 août 1918 – date que les Allemands ont baptisée « le jour noir de l’armée allemande » –, suivie de celles d’Arras, du Canal du Nord, de Cambrai et de Mons. Avec la capitulation de l’Allemagne et de l’Autriche, la guerre prend fin à l’Armistice, le 11 novembre 1918. Au total, 60 000 Canadiens ont été tués et 170 000, blessés. La guerre a renforcé à la fois la fierté nationale et la fierté impériale, surtout dans le Canada anglais.

Photo décrite ci-dessous

 

(De gauche à droite)
Sergent, régiment Fort Garry Horse, Corps expéditionnaire canadien, 1916
Sir Arthur Currie, officier de l’armée de réserve, devient le plus grand soldat canadien
Voir la plus grande version ]
See larger version ]

Les femmes obtiennent le droit de vote

Photo décrite ci-dessous

 

Plus de 3 000 infirmières, surnommées les « oiseaux bleus », font partie du Corps de santé royal canadien, 2 500 d’entre elles travaillent outre-mer
Voir la plus grande version ]

Photo décrite ci-dessous

 

Agnes Macphail,
fermière et enseignante, est devenue la première députée en 1921
Voir la plus grande version ]

À l’époque de la Confédération, le droit de vote est limité aux hommes blancs adultes et propriétaires, ce qui est courant dans la plupart des pays démocratiques de l’époque. Les efforts des femmes pour obtenir le droit de vote sont connus sous le nom de « mouvement des suffragettes ». La fondatrice de ce mouvement au Canada est la Dre Emily Stowe, première femme canadienne à pratiquer la médecine au Canada. En 1916, le Manitoba devient la première province à accorder le droit de vote aux femmes.

En 1917, grâce aux efforts mobilisateurs de femmes comme la Dre Stowe et d’autres suffragettes, le gouvernement fédéral de sir Robert Borden donne aux femmes le droit de vote aux élections fédérales – d’abord aux infirmières qui se trouvent au front, puis aux femmes ayant un lien de parenté avec des hommes en service militaire actif. En 1918, la plupart des citoyennes canadiennes d’au moins 21 ans ont le droit de voter aux élections fédérales. En 1921, Agnes Macphail, fermière et enseignante, devient la première députée. En raison du travail de Thérèse Casgrain et d’autres personnes, le Québec a accordé le droit de vote aux femmes en 1940.

Photo described below

(De gauche à droite)

Soldats canadiens célébrant le jour du Souvenir;
Coquelicot du jour du Souvenir;
Ancien combattant canadien

[  Voir la plus grande version  ]

Chaque année, le 11 novembre, jour du Souvenir, les Canadiens se rappellent les sacrifices des anciens combattants et des braves qui sont morts au combat, et ce, dans toutes les guerres livrées jusqu’à aujourd’hui par le Canada. Les Canadiens portent le coquelicot rouge et observent un moment de silence à la 11e heure du 11e jour du 11e mois, pour honorer les sacrifices de plus d’un million de braves hommes et femmes qui ont servi le Canada, et des 110 000 qui ont donné leur vie. Le lieutenant-colonel John McCrae, médecin militaire canadien, a composé en 1915 le poème « In Flanders Fields », souvent récité le jour du Souvenir et dont voici l’adaptation française de Jean Pariseau, intitulée « Au champ d’honneur » :

Au champ d’honneur, les coquelicots
Sont parsemés de lot en lot
Auprès des croix; et dans l’espace
Les alouettes devenues lasses
Mêlent leurs chants au sifflement
Des obusiers.

Nous sommes morts
Nous qui songions la veille encor’
À nos parents, à nos amis,
C’est nous qui reposons ici
Au champ d’honneur.

À vous jeunes désabusés
À vous de porter l’oriflamme
Et de garder au fond de l’âme
Le goût de vivre en liberté.
Acceptez le défi, sinon
Les coquelicots se faneront
Au champ d’honneur.

Photo described below

Des scouts avec une
couronne du jour
du Souvenir
Voir la plus grande version ]

L’entre-deux-guerres

Après la Première Guerre mondiale, l’Empire britannique se transforme en une association libre d’États connue sous le nom de Commonwealth britannique des nations. Le Canada demeure aujourd’hui l’un des principaux membres du Commonwealth, avec d’autres États successeurs de l’Empire comme l’Inde, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, en plus de plusieurs pays d’Afrique et des Antilles.

On appelle les « Années folles » les années 1920, une période de grande prospérité économique et de faible chômage. Les Années folles se terminent toutefois par le krach boursier de 1929 et laissent place à la Grande Dépression, une décennie sombre durant laquelle le chômage atteint 27 pour 100 (en 1933) et de nombreuses entreprises sont anéanties. Les agriculteurs de l’Ouest canadien sont les plus durement touchés, en raison des prix faibles des grains et d’une terrible sécheresse.

On réclame de plus en plus du gouvernement qu’il crée un filet de sécurité sociale avec un salaire minimum, une semaine de travail normalisée et des programmes comme l’assurance-chômage. La Banque du Canada, une banque centrale chargée de gérer la masse monétaire et d’apporter la stabilité au système financier, est créée en 1934. L’immigration diminue et beaucoup de réfugiés sont refusés, y compris des Juifs essayant de fuir l’Allemagne nazie en 1939.

Canada en image


Activité Entreprise
Activité Entreprise
Activité Entreprise
Activité Entreprise
Activité Entreprise
Activité Entreprise
Activité Entreprise
Activité Entreprise

Présentation

Population 24948930 habitants