Region Cote-Nord

Ville Population
Sept-Îles 25 686 habitants
Baie-Comeau 22 113 habitants
Port-Cartier 6 758 habitants
Havre-Saint-Pierre 3 460 habitants
Forestville 3 270 habitants
Les Escoumins 1 891 habitants
Sacré-Coeur 1 881 habitants
Blanc-Sablon 1 118 habitants
Brador 1 118 habitants
La Romaine 1 016 habitants

Bonjour à vous! Hébergement de la Côte Nord!

Voici le moyen de rejoindre votre clientèle cible en 2020 plus de 1000 visites par jour

Voici nos plans d'affichage et nos services web

 

 


Tarif Spécial  100$/an

Voici un exemple ici

 

Services GoExploria.com /Stratégies Web Québec / Côte Nord

Développement touristique régional et international

Stratégies Web Côte Nord

Création de site web 2.0

Création de forfaits

Circuits activités/hébergement/ resto

Vente en ligne

Calendrier de réservation

Affichage international

Création et affichage de vidéo / photo

Forfaits activités

blog

Référencement naturel Google

 

Appellation terroir "Produits d'Ici Côte Nord"

Pointe-Aux-Pommes

Fruits et préparations à base de fruits / Pointe-aux-Outardes

Marché Napoléon Inc.

Condiments / Sept-Îles

Coop à l'Emportée

Boissons non alcoolisées et autres / Tadoussac

Le Bleuet des Champs

Fruits et préparations à base de fruits / Longue-Rive

Pousse Partout

Fruits et préparations à base de fruits / Fermont

Domaine Côte du Nord

Boissons non alcoolisées et autres / Ragueneau

Le Végétarien

Fruits et préparations à base de fruits / Sept-Îles

Coopérative de Solidarité Gaïa

Épices et vinaigres / Pointe-aux-Outardes

Bleuetière Bleu Nord

Fruits et préparations à base de fruits / Gallix

Confiserie La Mère Michèle

Fruits et préparations à base de fruits / Baie-Comeau

Les Entreprises Christianick

Poissons et fruits de mer / Longue-Pointe-de-Mingan

Les Bleuets de la Minganie

Fruits et préparations à base de fruits / Longue-Pointe-de-Mingan

Poissonnerie Blanc-Sablon

Poissons et fruits de mer / Blanc-Sablon

Poissonnerie Fortier

Mets préparés / Sept-Îles

Ferme Belles-Amours Inc.

Poissons et fruits de mer / Blanc-Sablon

Ferme Manicouagan

Autre / Pointe-Lebel

Trésors des Bois

Boissons non alcoolisées et autres / Gallix

Ferme maricole Purmer

Poissons et fruits de mer / Sept-Îles

De baies et de sève

Boissons non alcoolisées et autres / Natashquan

Terroir Boréal

Boissons non alcoolisées et autres / Tadoussac

Les Canneberges de la Côte-Nord

Fruits et préparations à base de fruits / Chute-aux-Outardes

Les Saveurs Boréales

Boissons non alcoolisées et autres / Forestville

Coop Le Grenier boréal

Fruits et préparations à base de fruits / Longue-Pointe-de-Mingan

Fumoir Le Goynish

Poissons et fruits de mer / Aguanish

Les Jardins de Gallix

Fruits et préparations à base de fruits / Gallix

Herbamiel

Condiments / Sacré-Cœur

Ferme 5 étoiles

Produits de boulangerie / Sacré-Cœur

Haut Mélèze

Fruits et préparations à base de fruits / Pointe-aux-Outardes

Chocolaterie les Délices de Sébas

Produits de boulangerie / Sept-Îles

Ragueneau

ASSOCIATION DU CAMPING MARINA OUTARDES 2

  •  

    Auberge l'Étoile de mer

    135, rue River Cross
    Côte-Nord-du-Golfe-du-Saint-Laurent, (Québec)
    G0G 1G0

    418 787-2332 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    Baie du Soleil Couchant

    26, chemin du Barrage
    Longue-Rive, (Québec)
    G0T 1Z0

    418 231-2238 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    Chez Lucie

    2, rue Dion
    Les Escoumins, (Québec)
    G0T 1K0

    418 233-3055 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    Gite Chez Marie

    131, chemin d'en Haut
    Natashquan, (Québec)
    G0G 2E0

    418 726-3331 
    418 350-5300, cell.

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

  •  

    Gite LaRichardière

    109, rue Saint-Régis
    Godbout, (Québec)
    G0H 1G0

    418 568-7446 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

  •  

    Gîte 4 Saisons

    1264, rue Boréale
    Havre-Saint-Pierre, (Québec)
    G0G 1P0

    418 538-1329 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    Gîte Au bord de la mer

    2651, rue Bell
    Sept-Îles, (Québec)
    G0G 1L0

    418 766-5702 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

     

    Gîte Bon matin

    412, route 138
    Longue-Rive, (Québec)
    G0T 1Z0

    418 587-0204 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

  •  

    Gîte Chez Françoise

    1122, rue Boréale
    Havre-Saint-Pierre, (Québec)
    G0G 1P0

    418 538-3778 
    1 855 219-3778 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    Gîte Chez Renée

    111, chemin d'en Haut
    Natashquan, (Québec)
    G0G 2E0

    418 726-3231 

  • Gîte Dupuis

    1126, rue du Duvet
    Havre-Saint-Pierre, (Québec)
    G0G 1P0

    418 538-2082 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    Gîte La Chicoutée

    198, rue de la Mer
    Longue-Pointe-de-Mingan, (Québec)
    G0G 1V0

    418 949-0030 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

     

    Gîte La Merveille

    8, rue des Dunes
    Baie-Trinité, (Québec)
    G0H 1A0

    418 939-2731 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

  •  

    Gîte La Nichée

    46, rue Principale
    Portneuf-sur-Mer, (Québec)
    G0T 1P0

    418 238-2825 
    1 888 966-2825 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    Gîte La mère Michèle

    920, boulevard Jolliet
    Baie-Comeau, (Québec)
    G5C 1P4

    418 589-2364 
    1 888 530-2364 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    Gîte Le Vent de Mer

    42, place McCormick
    Port-Cartier, (Québec)
    G5B 2C6

    418 766-2191 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

     

    Gîte Marguerite

    6, rue des Eudistes
    L'Île-d'Anticosti, (Québec)
    G0G 2Y0

    418 535-0144 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    Gîte Tante Janine

    117, rue Principale
    Les Bergeronnes, (Québec)
    G0T 1G0

    418 232-6465 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

  •  

    Gîte chez Alexis

    Venelle 5, porte 3
    Fermont, (Québec)
    G0G 1J0

    709 987-0355 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    Gîte du Château

    2, rue du Golfà
    Chute-aux-Outardes, (Québec)
    G0H 1C0

    418 567-1485 

  •  

    Gîte du Copaco

    3, rue du Copaco
    L'Île-d'Anticosti, (Québec)
    G0G 2Y0

    418 535-0315 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

  •  

    Gîte du Fleuve

    13, rue des Anémones
    Les Escoumins, (Québec)
    G0T 1K0

    418 233-3616 
    1 877 637-7886 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

     

    Gîte du Goéland

    261, rue de l'Hôtel-de-Ville
    Tadoussac, (Québec)
    G0T 2A0

    418 235-4474 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

  •  

    Hébergement chez Claude

    212, route 138
    Les Escoumins, (Québec)
    G0T 1K0

    418 233-4125 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    L'Auberge de la Maison du Gardien

    1830, chemin du Vieux-Phare
    Baie-Trinité, (Québec)
    G0H 1A0

    418 939-2400 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

     

    La Maison Fleurie

    193, rue Principale
    Portneuf-sur-Mer, (Québec)
    G0T 1P0

    418 238-2153 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    La Maison de Jean - Jean's House

    Harrington Harbour
    Côte-Nord-du-Golfe-du-Saint-Laurent, (Québec)
    G0G 1N0

    418 795-3354 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

  •  

    La Maison de la vieille côte

    118, rue Saint-Marcellin Ouest
    Les Escoumins, (Québec)
    G0T 1K0

    418 233-4419 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

  •  

     

    Le Gîte d'Émilie

    Côte-Nord-du-Golfe-du-Saint-Laurent - C. P. 26
    Côte-Nord-du-Golfe-du-Saint-Laurent, (Québec)
    G0G 2W0

    418 242-2045 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

  •  

    Maison Chevarie

    77, rue du Pré
    Natashquan, (Québec)
    G0G 2E0

    418 726-3541 

  •  

    Waterfront B&B

    82, rue Whiteley
    Bonne-Espérance, (Québec)
    G0G 2P0

    418 379-2128 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

  •  

     

    Gîte Jim & Nan's Bed and Breakfast

    40, rue Ridge
    Bonne-Espérance, (Québec)
    G0G 2G0

    418 379-2125

  •  

     

    La Tabatière

    7 rue de la Pointe-Spar
    Gros-Mécatina, (Québec)
    G0G 1T0

    418 773-2684

  •  

     

    Séduction

    54 Harbour Road
    Côte-Nord-du-Golfe-du-Saint-Laurent, (Québec)
    G0G 1N0

    418 795-3339

  • Auberge Riverview Inn

    560 rue Principale
    Saint-Augustin, (Québec)
    G0G 2R0

    418 947-2727

  •  

    Hôtel Madame Ruby

    La Romaine
    Côte-Nord-du-Golfe-du-Saint-Laurent, (Québec)
    G0G 1M0

    418-229-2118

  •  

    Hôtel-Motel Blanc-Sablon

    118-1043 boulevard Docteur-Camille-Marcoux
    Blanc-Sablon, (Québec)
    G0G 1W0

    418 461-3222 
    1 877 961-3222

  •  

    Misty River Motel, Bar et Restaurant

    45 chemin Nétagamiou
    Côte-Nord-du-Golfe-du-Saint-Laurent, (Québec)
    G0G 1G0

    418 787-2073

Hébergement Tadoussac

SECTEUR

Tadoussac

Ville / village 

Tadoussac

  • Essipit

  • Les Bergeronnes

  • Les Escoumins

  • Sacré-Coeur


 

HÔTELLERIE

Auberge Boréale

1288, rue Boréale
Havre-Saint-Pierre, (Québec)
G0G 1P0

418 538-3912 

 

Voir la fiche

Ajouter à mon itinéraire

Visitez le site web

  •  

    Auberge Franquelin et motel

    27, rue des Cèdres
    Franquelin, (Québec)
    G0H 1E0

    418 298-0002 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    Auberge La Cache

    183, chemin d'en Haut
    Natashquan, (Québec)
    G0G 2E0

    418 726-3347 
    1 888 726-3347 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    Auberge La Sainte Paix

    102, rue du Saguenay
    Tadoussac, (Québec)
    G0T 2A0

    418 235-4803 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

     

    Auberge Mon coin de pays

    45, rue Principale Nord
    Sacré-Coeur, (Québec)
    G0T 1Y0

    418 236-4445 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

  •  

     

    Auberge Motel Quatre Saisons

    2, rue Beaudoin
    Blanc-Sablon, (Québec)
    G0G 1W0

    418 461-2024 
    1 866 472-4766 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    Auberge chez Caro

    166, rue Principale Nord
    Sacré-Coeur, (Québec)
    G0T 1Y0

    418 236-9371 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

     

    Auberge de la Baie

    267, route 138
    Les Escoumins, (Québec)
    G0T 1K0

    418 233-2010 
    1 844 233-2010 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    Auberge la Rosepierre

    66, rue Principale
    Les Bergeronnes, (Québec)
    G0T 1G0

    418 232-6543 
    1 888 264-6543 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    Château Arnaud

    403, avenue Arnaud
    Sept-Îles, (Québec)
    G4R 3B3

    418 960-5511 
    1 855 960-5511 

  •  

    Complexe MV

    1411, rue du Canot
    Havre-Saint-Pierre, (Québec)
    G0G 1P0

    418 538-3544 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

  •  

    Complexe hôtelier Pelchat

    445, route 138
    Les Escoumins, (Québec)
    G0T 1K0

    418 233-2401 
    1 888 225-3463 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    Hébergement du Bateau-Passeur

    431, rue du Bateau-Passeur
    Tadoussac, (Québec)
    G0T 2A0

    418 235-4537 
    1 877 235-4197 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

  •  

    Hôtel Comfort Inn Baie-Comeau

    745, boulevard Laflèche
    Baie-Comeau, (Québec)
    G5C 1C7

    418 589-8252 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    Hôtel Comfort Inn Sept-Îles

    854, boulevard Laure
    Sept-Îles, (Québec)
    G4R 1Y7

    418 968-6005 
    1 800 465-6116 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    Hôtel Fermont

    299, Le Carrefour
    Fermont, (Québec)
    G0G 1J0

    418 287-5451 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    Hôtel Le Béluga

    191, rue des Pionniers
    Tadoussac, (Québec)
    G0T 2A0

    418 235-4784 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    Hôtel Le Manoir

    8, avenue Cabot
    Baie-Comeau, (Québec)
    G4Z 1L8

    418 296-3391 
    1 866 629-4656 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    Hôtel Le Voyageur

    1415, boulevard Laure
    Sept-Îles, (Québec)
    G4R 4K1

    418 962-2228 
    1 866 962-2228 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    Hôtel Les Mouettes

    842, boulevard Laure
    Sept-Îles, (Québec)
    G4R 1Y7

    418 962-9427 
    1 877 962-9427 

  •  

    Hôtel Place Saint-Laurent

    4, rue Saint-Laurent
    Baie-Trinité, (Québec)
    G0H 1A0

    418 939-2148 (en hiver) 
    418 939-2242 (en été)

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

  •  

    Hôtel Quality Inn Sept-Îles

    1009, boulevard Laure
    Sept-Îles, (Québec)
    G4R 0S9

    418 960-5600 
    1 844 900-5600 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    Hôtel Tadoussac

    165, rue du Bord-de-l'Eau
    Tadoussac, (Québec)
    G0T 2A0

    418 235-4421 
    1 800 561-0718 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    Hôtel Travelodge Baie-Comeau

    285, boulevard La Salle
    Baie-Comeau, (Québec)
    G4Z 2L5

    418 296-9686 
    1 800 563-9686 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    Hôtel sous la croix

    3, rue Sous-la-Croix
    Tadoussac, (Québec)
    G0T 2A0

    418 235-2022 
    1 866 247-2022 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    Hôtel-Motel Hauterive

    1145, rue Nouvel
    Baie-Comeau, (Québec)
    G5C 2E3

    418 589-2041 
    1 800 463-2041 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    Hôtel-Motel La Caravelle

    202, boulevard La Salle
    Baie-Comeau, (Québec)
    G4Z 1S6

    418 296-4986 
    1 800 463-4986 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    Hôtel-Motel Restaurant Coronet

    401, route 172 Nord
    Sacré-Coeur, (Québec)
    G0T 1Y0

    418 236-9444 
    1 800 550-3123 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    Hôtel-Motel du Havre

    970, boulevard de l'Escale 
    Havre-Saint-Pierre, (Québec)
    G0G 1P0

    418 538-2800 
    1 888 797-2800 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    Hôtels Gouverneur Sept-Îles

    666, boulevard Laure
    Sept-Îles, (Québec)
    G4R 1X9

    418 962-7071 
    1 888 910-1111

  •  

    L'Escale LAM-AIR

    454, rue Jacques-Cartier
    Rivière-au-Tonnerre, (Québec)
    G0G 2L0

    418 465-2030 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    La Galouïne Auberge & Restaurant

    251, rue des Pionniers
    Tadoussac, (Québec)
    G0T 2A0

    418 235-4380 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    Le Boréal

    1060, boulevard Laflèche
    Baie-Comeau, (Québec)
    G5C 2W9

    418 589-7835 
    1 866 589-7835 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    Le Grand Hôtel

    48, place La Salle
    Baie-Comeau, (Québec)
    G4Z 1K3

    418 297-6994 
    1 888 838-8880 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    Le Port d’Attache

    70, rue du Pré 
    Natashquan, (Québec)
    G0G 2E0

    418 726-3569 
    1 877 726-3569 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    Manoir Bellevue

    27, rue de l'Église
    Les Escoumins, (Québec)
    G0T 1K0

    418 233-3325 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    Motel 4 Saisons

    157, route 138 Ouest
    Forestville, (Québec)
    G0T 1E0

    418 587-6666 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    Motel 7

    1100, boulevard Laure
    Sept-Îles, (Québec)
    G4S 1C2

    418 960-2299 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    Motel ChantMartin

    414, rue du Bateau-Passeur
    Tadoussac, (Québec)
    G0T 2A0

    418 235-4733 
    1 800 731-4733 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    Motel La Relance

    126, rue Vallilée
    Chute-aux-Outardes, (Québec)
    G0H 1C0

    418 567-8557 

  •  

    Motel Le Marinier

    289, route 138
    Les Escoumins, (Québec)
    G0T 1K0

    418 233-3309 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

  •  

    Motel Manic 2000

    2791, boulevard Laflèche
    Baie-Comeau, (Québec)
    G5C 1E6

    418 589-3751 
    1 800 905-3751 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    Motel de l'Anse-à-l'Eau

    173, rue des Pionniers
    Tadoussac, (Québec)
    G0T 2A0

    418 235-4313 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    Motel de l'Archipel

    805, boulevard de l'Escale
    Havre-Saint-Pierre, (Québec)
    G0G 1P0

    418 538-3900 
    1 800 463-3906 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

    Motel de l'Énergie " Manicouagan V "

    Kilomètre 211, route Trans-Québec-Labrador (389)
    Baie-Comeau, (Québec)
    G5C 2T2

    418 584-2301 
    1 800 760-2301 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

  •  

    Motel de la Rivière Sault-au-Mouton

    333, route 138
    Longue-Rive, (Québec)
    G0T 1Z0

    418 231-2214 
    1 877 231-2214 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

  •  

    Motel du Vieux Townside

    873, boulevard de l'Escale
    Havre-Saint-Pierre, (Québec)
    G0G 1P0

    418 538-7387 
    418-553-7387

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

     

    Restaurant du passant

    100, rue Monseigneur-Labrie
    Godbout, (Québec)
    G0H 1G0

    418 568-7340 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

  •  

    Éconolodge

    5, route 138 Est
    Forestville, (Québec)
    G0T 1E0

    418 587-2278 
    1 877 677-2278 

     

    Voir la fiche

    Ajouter à mon itinéraire

    Visitez le site web

  •  

     

    Auberge Brion

    Kegaska – C. P. 1902
    Côte-Nord-du-Golfe-du-Saint-Laurent, (Québec)
    G0G 1S0

    418 726-3738

  • Auberge Riverview Inn

    560 rue Principale
    Saint-Augustin, (Québec)
    G0G 2R0

    418 947-2727

  •  

     

    Hôtel Madame Ruby

    La Romaine
    Côte-Nord-du-Golfe-du-Saint-Laurent, (Québec)
    G0G 1M0

    418-229-2118

  •  

    Hôtel-Motel Blanc-Sablon

    118-1043 boulevard Docteur-Camille-Marcoux
    Blanc-Sablon, (Québec)
    G0G 1W0

    418 461-3222 
    1 877 961-3222

  •  

     

    Misty River Motel, Bar et Restaurant

    45 chemin Nétagamiou
    Côte-Nord-du-Golfe-du-Saint-Laurent, (Québec)
    G0G 1G0

    418 787-2073

Baie-Comeau
Porto Bello Cuisine italienne 872 Puyjalon
418-293-9665
 
Buffet Découverte d'Orient Cuisine asiatique 1324 Boul. Talbot
418-545-1998
AVV
La Baie du Dragon Cuisine asiatique 2100 Bagot
418-306-2686
AVV
CARTE CÔTE NORD


Présentation

Population 94766 habitants
Superficie 247627 km*km
Densite 0.38 habitants/km*km
Langues principales
  • Français

Plus d'informations

La Côte-Nord, est la deuxième plus grande région du Québec avec 351 614 km2, après le Nord-du-Québec qui a une superficie de 839 000 km2; elle longe le fleuve Saint-Laurent à partir de Tadoussac jusqu'à la frontière du Labrador. La région touche le Saguenay–Lac-Saint-Jean à l’ouest et le Nord-du-Québec au nord. Elle comprend aussi l’île d’Anticosti dans le fleuve Saint-Laurent.

 

Démographie

MRC-Côte-Nord.jpg

La Côte Nord a connu une véritable explosion démographique entre 1951 et 1981, multipliant par trois sa population. Cette croissance démographique est consécutive à l'industrialisation de la région fondée sur l'exploitation et la première transformation de ses ressources naturelles (forêt, mines de fer et de titane, hydroélectricité). En 2006, le taux de natalité était de 10,8 ‰, et de mortalité, 6,3 ‰.

Deux pôles urbains et industriels accaparent la quasi-totalité de la croissance de cette période : Baie-Comeau et Sept-Îles. Ceci explique la grande disparité observée dans la croissance démographique des 4 MRC de la côte-Nord. Alors que la MRC des Sept-Rivières connaît une expansion sans égal au Québec entre 1951 et 1981, passant de 5 394 habitants à 47 114 h et que la MRC de Manicouagan voit sa population tripler sur la période, les MRC de la Haute-Côte-Nord et de la Mingagnie-Basse-Côte-Nord voient leur population ne croître que très faiblement, sous le taux de croissance du Québec. À partir de 1981, les difficultés économiques de la grande industrie (fermeture des mines de Gagnon et de Schefferville, notamment) entraînent une importante baisse de la population dans toutes les MRC de la côte-Nord, mais surtout dans la MRC des Sept-Rivières, qui perd 9 000 habitants en 10 ans. Après une légère hausse de population entre 1991 et 2001, la tendance à la baisse amorcée en 1981 s'est confirmée au dernier recensement de 2006 qui révèle une baisse de 1,9 % de la population en 5 ans.

 

Source wiki

 

Côte-Nord, terre de convergence

 

Les origines du peuplement de la Côte-Nord. Adaptation de la carte parue dans FRENETTE, Pierre. Histoire des Côtes-Nord, Radio-Québec Côte-Nord, 1984 : 14.

Par Pierre Frenette

La Côte-Nord est immense... et ressemble plutôt à un sous-continent! Si on inverse le rayon de 1200 kilomètres qui part de Tadoussac, au sud-ouest du littoral et que se rend à Lourdes-de-Blanc-Sablon à l’extrémité orientale de la région, juste en face de l’Ile de Terre-Neuve... on se retrouve quelque part entre New York et Détroit aux Etats-Unis!

Cet interminable littoral cache une remarquable diversité humaine, un héritage laissé par la rencontre de plusieurs mondes, entre autres celui des peuples laurentiens, celui des Autochtones de l’intérieur et enfin ceux des différents peuples maritimes du golfe Saint-Laurent...

 

La préhistoire

La préhistoire avait déjà annoncé les couleurs : les archéologues nous apprennent que les principales cul­tures préhistoriques, dites «archaïques», reposaient sur trois ensembles avec des groupes venus du sud-ouest, d’aussi loin que les Grands-Lacs via la vallée du Saint-Laurent, ceux venus des grands plateaux de l’intérieur et de la Baie-James, enfin ceux venus de Terre-Neuve, de la Nouvelle-Écosse et de la Nouvelle-Angleterre. Ils précèdent de quelques millénaires des mouvements de population que se sont précipités à compter du milieu du 19e siècle.
 

 

Carte des populations autochtones de la Côte-Nord, vers 1500. Tirée de CHEVRIER, Daniel. « Le partage des ressources du littoral ; 2000 à 350 ans avant aujourd?hui », dans FRENETTE, Pierre dir. Histoire de la Côte-Nord, IQRC, Ste-Foy, 1996 : 123.

Une Nouvelle-France tranquille...

Entretemps, à l’arrivée des Européens, au 16e siècle et surtout au 17e siècle, les groupes autochtones nord-côtiers sont bien implantés mais il faudra plusieurs décennies pour que les missionnaires et les commerçants (les deux font alors la paire) bravent l’isolement nordique et réussissent à identifier les différentes «nations» nord-côtières. Ces dernières partagent alors une langue et une culture innue commune... mais s’identifient à des territoires bien spécifiques.

La nation la plus connue, celle-là même que Champlain baptise Montagnais et qu’il rencontre à Tadoussac en 1603, regroupe, selon certains historiens (Pierre Dufour entre autres), trois bandes d’hiver différentes. Celle qui fréquentait les vallées des montagnes de Charlevoix a vivement impressionné le fondateur de Québec, mais une autre occupait alors le Saguenay et une autre la Rive-Sud, juste en face... Elles se rencontraient à Tadoussac pour les grandes manœuvres commerciales et militaires au début de la belle saison avec leurs alliés du moment.

Cette distinction essentielle entre les bandes d’hiver, généralement associées aux rivières qui donnaient accès à leurs territoires familiaux d’hiver, et les grands regrou­pements des bandes d’été explique certaines confusions : ainsi la nation des «Betsiamites» mentionnée par Champlain lui-même peu avant sa mort, faisait plutôt partie de la grande nation des Papinachois, les «gens rieurs», qui regroupait des bandes associées aux rivières Bersimis, Outardes, Manicouagan. Un groupe de familles de cette nation, appelé «Papinachois des terres», vivaient même en permanence à l’intérieur des terres, du coté du Lac Manicouagan.

Plus à l’Est, dans les environs de Sept-Îles, on retrouvait une nation dite Oumamiouek, «les gens de l’est» en langage innu. Encore plus loin, des groupes orientaux appelés Esquimaux regroupaient indistinc­tement des Innus et des Inuits qui fréquentaient alors les deux rivages de la pointe du Labrador.

Il faut ajouter à cette courte liste deux «nations», encore mal identifiées par nos chercheurs contem­po­rains : des Ouchestigoueks et des Nascapis qui sillon­naient les grands plateaux de l’intérieur du Labrador.

L’introduction de la patronymie occidentale par les missionnaires (qui baptisent les Infidèles avec un remarquable enthousiasme) pose d’intéressants problè­mes aux généalogistes : aux Autochtones qui portaient déjà un surnom innu parfaitement individualisé, les missionnaires rajoutent des prénoms, entre autres des Pierre et des Marie tirés des textes sacrés chrétiens, et même des patronymes, la plupart du temps empruntés aux commis-négociant qui servaient régulièrement de parrains de service... De là des Picard et des Saint-Onge qui sont bien loin de leur région française nominale...

Un cas intéressant, celui du patronyme «Desrochers» donné à un nouveau-né innu de La Malbaie baptisé Basile Desroches en 1737; mais ses descendants décident, à partir des années 1760, d’innuiser le patronyme en «Ashini», «roche» en innu... Quelques générations plus tard, certains descendants décident de revenir au nom français devenu...«Rock»... Les deux patronymes sont encore présents à Betsiamites aujourd’hui.

Toute la population nord-côtiere reste essentiel­lement autochtone jusqu’au milieu du 19e siècle : le système du Domaine du roi mis en place au début de la Nouvelle-France interdit d’ailleurs le peuplement euro-canadien pour mieux isoler les bandes innues obligées de vendre leurs précieuses fourrures au locataire choisi par le gouvernement. Le reste du territoire est partagé entre des seigneuries et de concessions essentiellement commerciales occupées par des mains d’œuvre saisonnières.

 

 

Banc de scie avec moteur à Gazoline, Pointe-Lebel. Collection histoire régionale, Société historique de la Côte-Nord

Les pionniers

L’abolition du monopole royal en 1843 provoque dans les années suivantes une véritable ruée vers les terres et les forêts vierges du Saguenay, du Lac Saint-Jean et de la Côte-Nord : les Tremblay, les Bouchard, les Simard de Charlevoix construisent des barrages et des scieries, défrichent les meilleures terres et multiplient les paroisses qui s’étendent depuis Sacré-Cœur sur le Saguenay jusqu’à Portneuf, en Haute-Côte-Nord.

Mais des familles de la Rive-Sud et du Bas-du-Fleuve s’intéressent à ces nouveaux territoires à la même époque. Des familles pionnieres, des Boucher, des Coté, des Ross, des Labrie vont traverser le fleuve, les uns vers Les Escoumins, d’autres vers la péninsule Manicouagan, Godbout ou Baie-Trinité.

Cette invasion massive de leurs territoires ances­traux perturbent profondément les Innus qui multiplient les protestations et les pétitions auprès du gouvernement du Canada-Uni...La situation est d’autant plus inquié­tante pour eux que les Autorités gouvernementales commencent à vendre, à bon prix, les droits de pêche au saumon dans les meilleures rivières à certains «sportsman» privilégiés, des banquiers, des officiers de l’armée impériale, des juges...entre autres!

Pour faire taire les critiques, en particulier des missionnaires révoltés par ces injustices flagrantes pratiquées au nom du «progrès» et de la «civilisation», le gouvernement crée la Réserve Manicouagan en 1951, vite déménagée à Betsiamites dix ans plus tard. Il s’agit d’un petit territoire littoral qui veut, initialement, regrouper toutes les familles innues de la région pendant leur séjour estival sur le littoral...

Il faut d’ailleurs rappeler que les longs séjours dans les forêts de l’intérieur se poursuivent sans discontinuer jusqu’aux années 1950 pour les familles de Betsiamites, aujourd’hui Pessamit, et de la plupart des grandes rivières dispersées tout au long de l’interminable littoral nord-côtier.

En attendant, au 19e siècle, la réserve de Betsiamites marque la grande frontière qui sépare le «Canada» et le «Labrador» car c’est là que s’arrêtent alors les peuplements agricoles et forestiers originaires de Charlevoix et de la Vallée du Saint-Laurent; c’est là que se concentrent, l’été, plusieurs bandes autochtones traditionnelles dont les mouvances s’étendent dans la grande péninsule du Québec-Labrador. C’est enfin dans cette section, à Godbout entre autres, que s’arrêtent les multiples peuplements maritimes qui se multiplient alors dans la portion Est du littoral.

Ces familles de pêcheurs proviennent toutes de la Gaspésie, des Maritimes et d’Outre-Atlantique à une exception près : celle de plusieurs familles «canadiennes» (donc de la vallée du Saint-Laurent...) qui s’étaient établies dans les postes de pêche de la Basse-Côte-Nord libérée du monopole de la Labrador Company disparue en 1820... Des Beaudoins, des Joncas, des Dumas, entre autres, s’installent alors à Lourdes de Blanc-Sablon ou à Tête-à-la-Baleine. Elles viennent y rejoindre des pionniers originaires d’Angleterre (dont des Jones et des Lloyd) ou d’Écosse (des Robertson...) qui avaient repris à leur compte la pêche aux filets des saumons et des loup-marins dans les innombrables archipels du coin.

Trois peuplements maritimes distincts complètent le décor dans les décennies suivantes. Il y a d’abord les Madelinots, des insulaires chassés de leurs villages par un seigneur abusif qui s’installent à Pointe-aux-Esquimaux (aujourd’hui Havre-Saint-Pierre), à Natashquan et à Aguanish.. Ces premiers «Cayens», comme on les surnomme, y amènent leurs grandes goélettes familiales et leurs traditions de chasse au loup-marin, de pêche à la morue et au hareng. Les Boudreau, Cormier, Jomphe, Vigneault, Landry ont marqués profondément la culture nord-côtière et québécoise.

Dans la portion occidentale du littoral, appelé aujourd’hui Minganie, s’installent plutôt les villages «Paspéya» de Magpie, de Rivière-au-Tonnerre, de Rivière-Saint-Jean, entre autres, dont les pionniers, des Girard, des Beaudin, des Loiselles proviennent des nombreux engagés originaires de la Baie-des-Chaleurs amenés sur place à compter des années 1860 par les grandes compagnies de pêche jerseyaises qui multiplient alors les postes de pêche autour du Golfe Saint-Laurent. Certains cadres jerseyais, des Touzels, des Vibert, habitent encore aujourd’hui ces villages où on retrouvait des centaines de «barges», ces petites goélettes qui facilitaient la pêche à la morue sur les bancs, près des côtes.

Plus à l’est, en Basse-Côte-Nord, des familles anglophones originaires de Terre-Neuve, catholiques ou protestantes, débarquent en grand nombre à compter de 1860. Les familles Jones, Anderson, Ranson, Rowsell, entre autres, fondent des dizaines de postes et des villages tels Harrington Harbour, Mutton Bay, Chevery...

Au total, au début du 20e siècle, la Côte-Nord compte environ dix milles habitants qui forment une magnifique mosaïque avec des fermiers-bûcherons au sud-ouest, différents peuplements de pêcheurs étalés au nord-est et, dans l’arrière-pays, une dizaines de bandes innues dispersées au hasard des grandes rivières.
 

 

Carte présentant les principales centrales hydroélectriques du territoire québécois en 1989. Tirée de PRÉVOST, Pierre. Atlas énergétique du Québec Gouvernement du Québec, direction des communications, Ministère de l?Énergie et des Ressources, 1989.

Les grands chantiers du 20ème siècle

La Côte Nord se transforme radicalement au fil des grands chantiers industriels qui se succèdent sans interruption à compter des années 1930. Ceux-ci sont précédés d’intenses migrations saisonnières entraînées par la fulgurante croissance de la production de bois à pâte dans les années 1920, qui exigeait la migration de milliers de travailleurs forestiers supplémentaires pour alimenter les dizaines d’usines de pâte et papier construites dans les années précédentes au Québec et en Ontario. La section Ouest du littoral nord-côtier voit alors apparaître un chapelet de petites exploitations forestières appuyées sur des installation portuaires qui se mettent en place depuis Sacré-Cœur sur le Saguenay jusqu’à Pointe-Noire, dans la baie de Sept-Îles, où la compagnie Gulf Pulp and Paper a d’ailleurs fait construire une petite usine de pâte de papier. Sans oublier Anticosti où la vague industrielle a balayé, en 1924, les rêves autarciques élaborés par les frères Menier au début du 20e siècle.

Au témoignage de monseigneur Labrie, qui dénonçait d’ailleurs la situation dans les années 1940, ils sont alors quelques cinq mille travailleurs forestiers saisonniers à quitter leurs familles de la Rive Sud pour traverser le fleuve à chaque automne à destination des multiples chantiers forestiers nord-côtiers.

Une étape décisive est franchie en 1923 quand un industriel du Midwest américain, Robert R. McCormick, s’intéresse aux riches réserves forestières des rivières Outardes et Manicouagan et accepte de construire, sur place, un quai, une centrale hydroélectrique, une usine ultramoderne et une ville dotée des services les plus «modernes» disponibles à l’embouchure de la rivière Manicouagan.

Lors de l’ouverture finale de la ville, en 1937, les cadres sont, selon la coutume de l’époque, anglophones. Les Kerr, les Mulroney et d’autres proviennent surtout d’Ontario où la compagnie possédait déjà une usine. La plupart des employés francophones sont plutôt originaires de la Rive Sud, en particulier de la région de Matane où les Arsenault, les Beaulieu, les Bourques sont familiers des chantiers nord-côtiers et sont enchantés de trouver un travail salarié permanent avec même, en prime, une dinde à Noël !

Deux lames de fond déferlent sur la région dans les années 1950 : celle des développements hydroélectriques centrés sur Forestville et Baie-Comeau et celle des développements miniers qui pivotent autour de Havre-Saint-Pierre, de Sept-Îles et de Port-Cartier. Au début des années 1950, la jeune entreprise d’État Hydro-Québec, alors confinée à la seule région montréalaise et ceinturée d’un réseau d’entreprises privées concurrentes comme Shawinigan Water and Power co. ou Quebec Power Co. , décide de se lancer dans son premier grand projet nordique sur la rivière Bersimis disponible en raison même de son éloignement. Elle complète, au fil des années 1950, les barrages de Bersimis 1 et 2 tout en améliorant considérablement ses capacités de transport d’énergie en s’appuyant et en générant la croissance de la ville portuaire de Forestville, qui connaît alors une sorte d’âge d’or. Plusieurs des travailleurs proviennent des villages voisins de la Haute-Côte-Nord et du Saguenay. Les fermiers-bûcherons troquent alors la hache, la herse et les chevaux pour des scies, des volants de camions et des leviers de bulldozers...

Le mouvement prend une ampleur remarquable avec la séquence des grands chantiers des sept centrales des rivières Outardes et Manicouagan qui débutent en 1959, et se continuent pendant les vingt années suivantes. Au plus fort des travaux, en 1967, ils sont six mille, de toute provenance, à s’activer dans la région. Si beaucoup «s’ennuient à la Manic», plusieurs s’installent sur place, en particulier quand Hydro-Québec offre, en 1976, à ses employés de Micoua, le village temporaire créé pour abriter les travailleurs de Manic 3, Outardes 2 et 3, la possibilité de conserver leurs maisons mobiles à la condition d’en assumer les coûts de déménagement. Plusieurs familles s’empressent d’acheter des lots à Baie-Comeau, à Pointe-Lebel, à Raguenau pour y loger leurs familles quand eux-mêmes s’expatrient dans les nouveaux chantiers des Chutes Churchill et de la Baie James...  
 

 

Nouveau magasin de la Baie d?Hudson et maison du commis, Betsiamites, avant 1920. Collection histoire régionale, Société historique de la Côte-Nord

Plus à l’est, Sept-Iles représente un véritable Eldorado dans les mêmes décennies pour de nombreux immigrants attirés par les salaires pharamineux et les milliers d’emplois générés par les grands chantiers miniers du Moyen Nord. L’aventure démarre, à petite échelle, dans les années d’après-guerre avec l’installation de la compagnie Fer et Titane à Havre-Saint-Pierre. Elle explose dans les années 1950 quand un consortium de grandes entreprises sidérurgiques américaines décide d’exploiter les riches dépôts miniers de l’intérieur du Labrador, et s’engage dans le gigantesque défi de construire une chemin de fer de plus de 600 kilomètres à travers une nature difficile et des climats sibériens vers la nouvelle ville minière de Schefferville. Appuyé par un gigantesque pont aérien, le chantier compte pour un temps plus de 5000 ouvriers venus de tous les pays de la planète. La ville de Sept-Iles devient même, dans le recensement de 1961, la ville la plus cosmopolite du Canada !

Et la valse reprend de plus belle dans les années 1960 avec la construction d’un deuxième chemin de fer, long de deux cinquante kilomètres celui-là, entre Port-Cartier et Gagnon, la ville créée par la Compagnie minière Quebec-Cartier au moment même où deux nouvelles villes minières terre-neuviennes, Labrador City et Wabush, apparaissent à mi-chemin de la ligne Sept-Iles-Schefferville. Une dizaine d’années plus tard apparaît Fermont, troisième ville minière québécoise.

La Côte-Nord atteint un sommet de 115 000 habitants en 1976 et compte dorénavant deux centres urbains qui se disputent pour un temps le titre de capitale régionale...C’est là que se développent les services plus spécialisés de santé et d’éducation, en particulier avec deux cégeps qui témoignent à leur façon d’une nouvelle aire des services. Les centres commerciaux et les services professionnels poussent comme des champi­gnons dans ces communautés où les salaires nord-côtiers font l’envie de bien des québécois.
 

 

Le chemin de fer qui relie Sept-Îles à Schefferville, ici surplombant la rivière Nipissis. Collection Cégep de Sept-Iles.

Consolidation

La croissance s’est évidemment ralentie dans le tournant des années 1980. Pour un, les derniers grands chantiers d’Hydro-Québec se sont espacés au fil des décennies: il y a eu la deuxième centrale de Manic 5, dite de Puissance additionnelle (P.A.) dans les années 1980, celle de Sainte- Marguerite (SM3) dans les années 1990, de la Tounoustouc dans les années 2000 et La Romaine s’annonce pour les années 2010... Sans oublier le remplacement, à coûts de centaines de millions de dollars, des premiers équipements devenus désuets après un demi-siècle d’innovations technologiques...

Les hauts et les bas de l’industrie du fer ont défrayé les manchettes à plusieurs reprises au fil des ans, en particulier lors de la fermeture de la mine de Schefferville en 1982 et du démantèlement de la ville de Gagnon en juin 1984.

Enfin, l’industrie du bois a subi les aléas de la concentration industrielle: tous les petits villages forestiers ont démantelé leurs installations et leurs arboriducs depuis les années 1970. Le secteur forestier s’est toutefois renforcé avec l’ajout d’une usine de pâte à Port-Cartier, la modernisation et l’agrandissement de celle de Baie-Comeau ainsi que l’apparition de quelques grandes usines de sciages à Outardes, Ragueneau, Forestville et Sacré-Cœur.

Le ralentissement économique n’explique qu’en partie le tassement démographique nord-côtier qui survient au tournant des années 2000: si la population régresse puis se stabilise à quelques 100 000 personnes, la situation s’explique aussi par l’exode des aînés vers les grands centres et de jeunes en quête d’émancipation personnelle...Le beau coté de la médaille, c’est l’enracinement et la quête d’identité des nord-côtiers d’aujourd’hui, conscients de la fragilité des miracles économiques et de l’importance de leur propre détermination à développer leur petit continent...