Region Bas Saint-Laurent

Ville Population
Rimouski 46 860 habitants
Rivière-du-Loup 19 447 habitants
Témiscouata-sur-le-Lac 5 096 habitants
La Pocatière 4 575 habitants
Saint-Antonin 4 027 habitants
Saint-Pascal 3 504 habitants
Trois-Pistoles 3 456 habitants
Cabano 3 199 habitants
Dégelis 3 051 habitants
Pohénégamook 2 940 habitants

Sites des phares accessibles, avec activités

[Photo]

2  Pot à l'Eau-de-Vie / Bas-St-Laurent (membre)

Accès : 

par bateau, du quai de Rivière-du-Loup
(autoroute 20, sortie 507 ou via la route 132)

Horaire : 

du début de juin à la mi-septembre

Information : 

Société Duvetnor (418) 867-1660

InterprétationPassez quelques heures loin de la foule sur une petite île au milieu du fleuve Saint-Laurent ! En compagnie de votre guide, visitez l'intérieur du phare, classé bâtiment fédéral historique, et découvrez la surprenante histoire maritime de ce petit archipel : tempêtes, naufrages, contrebande...

HébergementÀ l'instar des anciens gardiens, venez monter la garde à la porte du continent en passant une journée et une nuit au phare... La Société Duvetnor y loue trois chambres coquettes et décorées dans l'esprit du siècle dernier. Ce forfait unique comprend : la traversée à partir de Rivière-du-Loup, la chambre, l'accès aux sentiers balisés, une croisière-excursion commentée, deux repas de fine cuisine régionale et une collation.

www.pharedupot.com


__________________________

 
[Photo]

3  Île Verte / Bas-St-Laurent (membre)

Accès : 

par bateau, du quai de l'Isle-Verte
(via la route 132)

Horaire : 

de la mi-mai à la mi-octobre

Information : 

Corporation des maisons du phare (418) 898-2730, (418) 898-3451 (hors saison)

InterprétationL'histoire du phare , l'évolution du site, des systèmes lumineux et des signaux sonores vous sont racontés dans le hangar à l'huile, la cabane du criard ainsi que dans le phare.

L'ascension de cette tour de 17 mètres vous permettra d'admirer l'ensemble de l'île ainsi que les paysages nord côtiers, incluant les dunes de sable de Tadoussac, l'île Rouge et le phare du Haut-Fond Prince. Les baleines et bélugas feront aussi parti du spectacle.

HébergementL'île Verte vous charmera par son calme et son authenticité. Son caractère rural vous donnera parfois même l'impression d'avoir remonter le temps de quelques années. Situées du côté nord de l'île, les Maisons du phare offrent huit chambres réparties dans deux maisons, soit la maison du gardien et la maison de l'assistant-gardien. Vous retrouverez dans cette dernière une cuisinette pour la préparation de vos repas, alors que le petit déjeuner est servi dans l'autre maison.

www.phareileverte.com


__________________________

 
[Photo]

5  Pointe-au-Père / Bas-St-Laurent (membre)

Accès : 

À Rimouski, route 132 ou de la sortie 621 de l’autoroute 20, Pointe-au-Père, prendre la rue Père-Nouvel en direction du fleuve

Horaire : 

du 6 juin au 4 octobre 2015

Information : 

Site historique maritime
de la Pointe-au-Père (418) 724-6214

InterprétationSur les pas du guide, grimpez les 128 marches de ce magnifique phare à l'architecture des plus originales. On vous parlera du prisme et de  son mécanisme, des 150 ans d'histoire des pilotes du Saint-Laurent,  de la construction des quatre phares qui se sont succédé sur le site  et de la vie du gardien. À côté du phare, dans la maison du gardien  et dans le hangar de la corne de brume, vous retrouverez des  expositions sur les aides à la navigation et sur l'évolution des signaux sonores. En face du phare, vous pourrez visiter le pavillon Empress of Ireland, qui présente une projection sur le  naufrage de ce paquebot qui fit 1012 victimes en 1914. De nombreux objets récupérés par les plongeurs y sont exposés.

De plus, non loin de là montez à bord du seul sous-marin accessible au Canada ! En entrant dans l’Onondaga, vous découvrirez le quotidien d'une soixantaine d'hommes qui vivaient, pendant des mois, confinés dans un sous-marin de 90 mètres. La visite audio-guidée dure 45 minutes et simule une sortie en mer, au large de Rimouski. Elle vous plongera dans le monde fascinant et méconnu qu'est celui des sous-mariniers.

RestaurationDans la maison de l'ingénieur de la corne de brume, vous pourrez prendre un repas léger et vous rafraîchir avec des crèmes glacées.

www.shmp.qc.ca
__________________________

 
[Photo]

7  Matane / Gaspésie

Accès : 

sur la route 132 à Matane

Horaire : 

Visites guidées : de la fin juin à la fin août : de 10h à 19h du mardi au samedi. 
Groupes sur réservation.
Accès libre au musée :
du début juin à la mi-octobre selon les heures d’ouverture du bureau d’accueil touristique.

Information ou réservation :

968, avenue du Phare Ouest
Matane (Québec) G4W 1V7
Tél. : 1 877 7MATANE ou 418 562-1065
cldtourisme@globetrotter.net 
www.lirelamer.org 
www.ville.matane.qc.ca

InterprétationCe phare de 1906 vous offre une vue splendide sur la ville et la mer. Du haut de cette tour cylindrique de plus de vingt mètres, observez le trafic maritime, le parc éolien et les montagnes des Chic-Chocs. Installé au sommet, retrouvez l’équipement d’une timonerie d’un navire moderne : radar, émetteur radio, repérage des navires, station météo, etc. Poursuivez votre aventure en visitant la maison du dernier gardien du phare. De 1935 à 1951, la famille McKinnon fut témoin de nombreux faits ou évènements particuliers… Venez découvrir ces histoires du passé et traditions maritimes en continuité avec tous les moyens modernes de navigation. Notez que la maison du gardien est également l’hôte du Bureau d’accueil touristique de la région de Matane.

www.lirelamer.org
__________________________

 
[Photo]

8  Cap-Chat / Gaspésie (membre)

Accès : 

via la route 132, à l'ouest du village de Cap-Chat (sur le site de PHARE Cap-Chat)

Horaire : 

Ouvert à l’année pour l’hébergement et pour les visites libres du site.

Information : 

PHARE Cap-Chat
418 763-4114
info@pharecapchat.com

InterprétationJuché sur la falaise au pied du cap dont la forme rappelle un chat assis, le phare qui est toujours opérationnel (le prisme tournant sur son bain de mercure) est entouré de magnifiques sentiers fleuris menant à la mer. Vous découvrirez l’historique des phares de Cap-Chat et celle de ses gardiens à l’aide des panneaux d’interprétation.  En plus de sa vocation touristique, ce site offre maintenant des séjours de croissance personnelle et de santé intégrée.

RestaurationLa charmante maison du gardien du phare empreinte d’histoire abrite 4 chambres à coucher (2 lits doubles et 11 lits simples), deux salles de bain, un salon, une cuisine toute équipée et une grande salle à manger (idéale pour vos réceptions jusqu'à 50 personnes). Un BBQ et une laveuse-sécheuse sont à votre disposition. C’est un endroit exceptionnel pour passer du bon temps en famille ou entre amis. Location de la maison complète disponible à l’année pour une période d’une ou plusieurs nuits.

www.pharecapchat.com

__________________________

 

 
[Photo] 9  La Martre / Gaspésie (membre)

Accès : 

à l'entrée du village de La Martre, sur l'avenue du Phare

Horaire : 

De la mi-juin à la mi-septembre : 
9 h à 17 h (visites guidées).

Information : 

Musée des phares
10, avenue du Phare
La Martre (Québec) G0E 2H0
Tél. : 418 288-5698
Téléc. : 418 288-5599
cielbleu@globetrotter.net
Tél. hors saison : 418 288-5816 

InterprétationDécouvrez un phare doté d’une structure de bois unique et opérationnel depuis 1906. La rotation du module d’éclairage est encore assurée par le système d’horlogerie d’origine. « Venez vivre à la fois la force du vent et le romantisme du balcon de veille ». Une exposition permanente, dans le bâtiment du signal de brume, vous permet de découvrir le génie des années 1700 à aujourd’hui, relié au développement des magnifiques lanternes de phares.

www.museedesphares.org

__________________________

 

 
[Photo] 10   Cap Madeleine / Gaspésie (membre)

Accès : 

de la route 132, à Madeleine Centre, prendre la route du Phare côté du fleuve.

Horaire : 

du début juin à la mi-octobre.

Information : 

Tél : 418-393 2652
melisole1960@hotmail.com

Interprétation…..De la galerie du phare Cap Madeleine, devant moi la mer immense, profonde, toujours bruissante, allait se perdre l’horizon…….Faucher de St-Maurice 1877. 

Voici ce qui vous attend encore aujourd’hui du haut de notre Phare. Dans le hangar des cornes de brume, on retrouve quelques épisodes de la vie à Madeleine. Entrez dans la maison de l’assistant-gardien, l’endroit par excellence pour une pause-café et pour trouver des souvenirs gaspésiens. Observez les fous de bassan qui font maintenant partie de notre paysage avec les baleines. 

__________________________

 
[Photo] 11  Pointe-à-la-Renommée / Gaspésie (membre)

Accès : 

entre Grand-Étang et L'Anse-à-Valleau, à 5 km de la route 132 (vers la mer)

Horaire : 

du début de juin à la mi-octobre

Information : 

Comité local de développement de L'Anse-à-Valleau (418) 269-3310

InterprétationRapatrié de Québec en 1997, ce phare repose à nouveau sur le site de la première station radio-maritime en Amérique du Nord, installée par Marconi en 1904. Une visite guidée du phare et du bâtiment reconstruit de la T.S.F. (télégraphie sans fil) vous permettra de remonter dans le temps.

Pour en connaître davantage sur les moyens de communications du début du XXe siècle et sur l'histoire de ce lieu, deux expositions vous sont aussi offertes, soit Marconi, histoire des communications et radio et L'espace d'une vie à Pointe-à-la-Renommée.
__________________________

 
[Photo] 12  Cap-des-Rosiers / Gaspésie (membre)

Accès : 

via la route 132, à Cap-des-Rosiers

Horaire : 

de la mi-juin à la mi-septembre

Information : 

Site historique maritime
du phare de Cap-des-Rosiers 
shmpcdr@live.ca

InterprétationEn compagnie d'un guide-interprète, grimpez jusqu'au sommet du plus haut phare du pays et apprenez, chemin faisant, l'histoire et le fonctionnement de cette tour de 37 mètres qui se dresse sur le cap des Rosiers depuis plus de 150 ans.
__________________________

 

13  Cap Gaspé / Gaspésie (membre)

Accès : 

Au bout de la route du Secteur Sud emprunter, à pied ou à vélo, le Sentier International des Appalaches jusqu'au Cap-Gaspé.

Horaire : 

 

Information : 

Parc national de Forillon

Cap-aux-os
Établi en 1873
Reconstruit en 1950
Actif

 

 


__________________________

 
[Photo] 15  Cap-d’Espoir / Gaspésie

Accès : 

de la route 132 à Cap-d'Espoir, prendre la route du Phare (vers le sud)

Horaire : 

à l'année

Information : 

Association de sauvegarde du site du phare de Cap-d'Espoir (418) 782-2926
Site Web

Pour vous détendre et passer de bons moments, louez en toute saison, la maison de l'assistant-gardien. Vous y trouverez toutes les commodités nécessaires à votre confort, vous laissant ainsi tout le temps d'observer la mer, les baleines et les oiseaux marins. Profitez en outre de votre séjour pour faire une promenade vers la plage de Cap-d'Espoir (1 km) ou au pied du Rocher Percé (10 km).
__________________________

 
[Photo]

18  Pointe Duthie / Gaspésie

Accès : 

à New Richmond, sur le site du Village gaspésien d'héritage britannique (boul. Perron Ouest)

Horaire : 

du début de juin au début de septembre

Information : 

Village gaspésien d'héritage britannique (418) 392-4487

InterprétationDécouvrez parmi les 23 bâtiments du Centre d'héritage britannique de la Gaspésie, le phare de la Pointe Duthie d'où vous pourrez admirer la superbe vue sur la baie des Chaleurs.

Établi en 1903
Désactivé en 1914
__________________________

 

22  Cap de la Tête au chien / Charlevoix (membre)

   
   
   

Saint-Siméon
Établi en 1909
Actif.

 

 

 


__________________________

 
 

22  Feux d'alignements de Pointe-Noire / Charlevoix (membre)

   
   
   

 

 

 

 


__________________________

 
[Photo]

25  Cap-de-Bon-Désir / Côte-Nord (membre)

Accès : 

à Bergeronnes (à 25 km à l'est de Tadoussac via la route 138)

Horaire : 

de la mi-juin à la mi-octobre

Information : 

Parc marin Saguenay--Saint-Laurent (418) 232-6751 ou (418) 232-6326 hors saison

InterprétationLe Cap-de-Bon-Désir est un lieu de découvertes du parc marin du Saguenay--Saint-Laurent. Plusieurs activités d'interprétation y sont offertes sur différents sujets tels la vie du bord de mer, le milieu sous-marin (avec naturalistes-plongeurs), la navigation et l'histoire régionale. C'est aussi un excellent site pour l'observation terrestre de mammifères marins et ce, en compagnie de naturalistes. Une exposition permet aux visiteurs de prendre connaissance de divers instruments d'aide à la navigation. De plus, un aquarium permet de découvrir différentes formes de vie de l'estuaire du Saint-Laurent.

www.pc.gc.ca
__________________________

 
[Photo]

26  Pointe-des-Monts / Côte-Nord (membre)

Accès : 

de la route 138, à 4 km à l'ouest de Baie-Trinité, prendre le chemin du Vieux-Phare

Horaire : 

de la mi-juin à la mi-septembre

Information :  

Musée :Corporation du phare de Pointe-des-Monts
1 rue Saint-Joseph c.p. 115
Baie Trinité Qc. G0h 1A0
Tel : 418-939-2400
Téléc : 418-939-2173
Hébergement : Auberge Maison du Gardien (418) 939-2400

InterprétationSur les sept étages de la vieille tour du phare, une exposition patrimoniale originale raconte la vie des gardiens du phare de Pointe-des-Monts, de 1830 à 1964 : coup d'oeil sur les personnes ayant habité les lieux, sur l'environnement, le mobilier et les outils de l'époque, ainsi que sur les autochtones chasseurs de loup-marin.

HébergementPour un séjour des plus complets, offrez-vous au moins une nuit dans l'une des quatre chambres de l'antique maison du gardien.

__________________________

 

 
[Photo]

30 Île aux Perroquets / Minganie

Accès : 

par bateau, de Longue-Pointe-de-Mingan et de Mingan (via la route 138)

Horaire : 

de la mi-juin à la fin d'août (selon les années, certains transporteurs peuvent être en opération avant et après cette période)

Information : 

Réserve de parc national de l'Archipel-de-Mingan (418) 538-3285 ou 538-3331

InterprétationRendez-vous au quai de Longue-Pointe-de-Mingan ou à celui de Mingan, choisissez votre excursionniste et partez en mer à la rencontre des oiseaux et des mammifères marins. Lors d'une halte à l'île aux Perroquets, votre guide vous racontera l'histoire du phare et de ses gardiens, dont le premier fut le célèbre comte Henry de Puyjalon (1888-1891).

www.pc.gc.ca
__________________________

 
[Photo] 31  La Petite Île au Marteau / Minganie (membre)

Accès : 

par bateau, à partir de la marina de Havre-Saint-Pierre (via la route 138)

Horaire : 

de la mi-juin à la fin d'août (selon les années, certains transporteurs peuvent être en opération avant et après cette période)

Information : 

Réserve de parc national de l'Archipel-de-Mingan (418) 538-3285 ou 538-3331

InterprétationLes navigateurs doivent une fière chandelle au phare de la Petite Île au Marteau, car depuis 1915, nombre de naufrages ont été épargnés grâce à ce dernier. Revivez l'époque de la vie des gardiens de phare en prenant part à une randonnée animée. Une aventure teintée d'histoire, à la lueur des capailloux (ancienne lanterne artisanale construite avec un contenant de métal troué et une chandelle), que vous n'êtes certes pas prêt d'oublier !

www.pc.gc.ca
__________________________

 
[Photo]

35  Cap-de-Rabast / Phare de Pointe-Nord
Anticosti (membre) 
 

Accès : 

par avion ou pas bateau jusqu'à Port-Menier (île d'Anticosti), puis par route gravelée

Horaire : 

de juin à la fin d'août

Information : 

Pourvoirie du lac Geneviève (418) 535-0294 ou 1-800-463-1777

HébergementPour des vacances différentes en période estivale, faites de la maison du gardien votre chalet et découvrez le monde fascinant de l'île d'Anticosti, en véhicule ou à vélo. Grâce à son forfait en plan européen, la Pourvoirie du lac Geneviève vous offre un séjour de villégiature à la pointe nord de l'île, aussi appelée Cap-de-Rabast (rabast désignant le lieu où les bateaux se rabattent en attendant la fin du mauvais temps).

www.anticostiplg.com
__________________________

 
[Photo]

46  Station de la Pointe-Ouest
Anticosti (membre) 
 

Accès : 

20 km à l’ouest de Port-Menier par route gravelée

Horaire : 

de juin à la mi-septembre

Services : 

hébergement à 40$/personne/nuit
literie fournie
cuisine commune

Visites : 

des parties ouest et centrale de l’île d’Anticosti
avec naturaliste résidente
à la journée, sur demande, repas optionnel

HébergementExcellente base pour explorer l’ouest d’Anticosti ou encore prendre quelques jours de repos pas très loin des services de Port-Menier.

anticosti.net

EXPLORER

https://www.igloocreations.com/ondagoweb.php?id=routedespassants

Routes et circuits

Route des Navigateurs

Traversez la région en longeant le fleuve Saint-Laurent, c’est ce que vous propose la route des Navigateurs sur 190 kilomètres. De La Pocatière à Sainte-Luce, elle met en vedette le fleuve et la vie qu’elle inspire depuis trois siècles.

La route des Navigateurs suit le tracé de la route 132 et met en évidence le fleuve Saint-Laurent, l'un des plus grands au monde, et ses attributs, dont les baleines. Un paysage d'une beauté toute particulière qu'il faut prendre le temps de découvrir avec ses phares, ses îles et des vertus balnéaires reconnues dont il faut profiter.
routedesnavigateurs.ca

En savoir plus

 

Route des Frontières

Au fil de ses 95 kilomètres, sur le tracé de la route 289, la route des Frontières vous mènera de Saint-André, près du fleuve, au village de Saint-Jean-de-la-Lande, près de la frontière du Nouveau-Brunswick.

En savoir plus

Route des Monts Notre-Dame

Dernière née des routes touristiques au Québec, la Route des Monts Notre-Dame vous propose une expérience nature accessible et authentique dans un territoire habité par une population fière et accueillante. 

En savoir plus

 

Circuit des paysages

Sillonnez la région en voyant ce qu'elle a de plus beau à offrir!  

 

En savoir plus

 

Circuits patrimoniaux

Revivez la riche histoire de certaines municipalités de la région en suivant les parcours proposés.

En savoir plus

 

Circuits cyclables

Le vélo est un excellent moyen de découvrir les beautés de la région.  Choisissez parmi les circuits sécuritaires suggérés.

En savoir plus

 

Circuits touristiques

Découvrez la région autrement!

En savoir plus

 

Circuits d'artistes et d'artisans

Le Bas-Saint-Laurent recèle des trésors créatifs.

En savoir plus

La Grande Nature du Bas St-Laurent

Pêche et nature from Réjean Boucher dronerdl.ca on Vimeo.

 

Rivière-du-Loup et ses couleurs from Réjean Boucher dronerdl.ca on Vimeo.

https://vimeo.com/237483215

 

Activité Entreprise
Association chasse et pêches
Chasse et pêche
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Pêche blanche Bas-Saint-Laurent
Auberges Sympathiques
Hébergement
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Bas Saint-Laurent hébergement Vedettes
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Bas Saint-Laurent Location de chalets
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Hébergement Bas Saint-Laurent
Hébergement Bas-Saint-Laurent
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Auberge Romantique Bas Saint-Laurent
Auberges, hôtels, motels
Hébergement
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Bas Saint-Laurent hébergement Vedettes
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Hébergement Bas Saint-Laurent
Hébergement Bas-Saint-Laurent
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Auberge Romantique Bas Saint-Laurent
Boîtes cadeaux du terroir
Magasinez
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Idées Cadeaux Vacances Bas Saint-Laurent
Boutique déco la grange
Magasinez
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Démolition de grange Bas St-Laurent
Cadeaux corporatifs
Magasinez
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Idées Cadeaux Vacances Bas Saint-Laurent
Certificats Cadeaux Québec
Magasinez
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Idées Cadeaux Vacances Bas Saint-Laurent
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Certificats cadeaux Bas Saint-Laurent
Clubs de motoneiges
Activités hivernales
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Forfaits Motoneige Bas-Laurent
Cours de kayak en eau vive
Activités nautiques
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent EXPLOREZ le Bas Saint-Laurent
Démolission de grange
Magasinez
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Démolition de grange Bas St-Laurent
Entreprises
Plans de Relance économique
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Auberge Sur Mer
Forfaits Bas Saint-Laurent
Forfaits au Québec
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent ROAD TRIP BAS ST-LAURENT
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent FORFAIT HIVER TEMISCOUATA
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Forfaits hivernales Temiscouata
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Forfaits santé et détente Bas Saint-Laurent
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Plaisirs gourmands Bas Saint-Laurent
Auberge Forteresse de la Rive Pohenegamook
Forfaits Escapades Bas Saint-Laurent
Forfaits au Québec
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Forfaits Escapades Bas Saint-Laurent
Forfaits Romantiques Pohénégamook
Forfaits au Québec
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Forfaits hivernales Temiscouata
Forfaits de groupes
Voyages et forfaits
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Forfait Romantique Forteresse de la Rive
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent ROAD TRIP BAS ST-LAURENT
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Plaisirs gourmands Bas Saint-Laurent
Auberge Forteresse de la Rive Pohenegamook
Forfaits hivernales
Activités hivernales
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Forfait Romantique Forteresse de la Rive
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent ROAD TRIP BAS ST-LAURENT
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Forfaits hivernales Temiscouata
Go Top Kayak
Activités nautiques
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent EXPLOREZ le Bas Saint-Laurent
Hébergement Pohénégamook
Hébergement
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent OÙ DORMIR Bas Saint-Laurent
Info Tourisme Bas-Saint-Laurent
Info Touristique Québec
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent TOURISME D'AFFAIRES Bas Saint-Laurent
Information touristique Québec
Info Touristique Québec
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Info touristique Bas St-Laurent
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Bureau accueil touristique Bas Saint-Laurent
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Info Tourisme Bas-Saint-Laurent
Initiation au Kayak d'eau vive
Activités nautiques
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent EXPLOREZ le Bas Saint-Laurent
Location de Kayaks de mer
Activités plein air
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent EXPLOREZ le Bas Saint-Laurent
Location de Mini-Roulotte
Locations de véhicules récréatifs
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Projet Mini Maisons Bas Saint-Laurent
Location de canot-kayak
Activités nautiques
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent EXPLOREZ le Bas Saint-Laurent
Location de chalet
Hébergement
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Bas Saint-Laurent Location de chalets
Location équipement nautique
Activités nautiques
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent EXPLOREZ le Bas Saint-Laurent
Locations de vélo de montagne
Activités plein air
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Forfaits vélo Bas Saint-Laurent
Marchés d'alimentation
Restaurants et Alimentation
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent IGA Trois-Pistoles
Mini-maisons
Hébergement
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Projet Mini Maisons Bas Saint-Laurent
Motoneiges
Sports motorisés
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Forfaits Motoneige Bas-Laurent
Musées
Art et culture
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Musée Du Bas Saint-Laurent
Pêche blanche
Activités hivernales
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Bas Saint-Laurent hébergement Vedettes
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Pêche blanche Bas-Saint-Laurent
Pêche blanche Québec
Activités hivernales
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Pêche blanche Bas-Saint-Laurent
Pêche récréative
Chasse et pêche
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Pêche blanche Bas-Saint-Laurent
Photographe
Multi-média
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent photographe MARIE-JOSÉE ROy
Poissonneries
Restaurants et Alimentation
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Poissonnerie Bas Saint-Laurent
Relais de Motoneiges
Activités hivernales
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Forfaits Motoneige Bas-Laurent
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Relais motoneige Pohénégamook
Restaurants
Restaurants et Alimentation
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent RESTAURANTS BAS SAINT-LAURENT
Restaurants familial
Restaurants et Alimentation
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent RESTAURANTS BAS SAINT-LAURENT
Routes gourmandes du Québec
Agrotourisme et terroir
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Route du terroir Bas Saint-Laurent
Routes touristiques
Art et culture
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Routes touristiques Bas Saint-Laurent
Sentiers de vélo de montagne
Activités plein air
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Forfaits vélo Bas Saint-Laurent
Ski raquettes
Activités hivernales
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent RAQUETTES BAS SAINT-LAURENT
Table en bois de grange
Magasinez
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Démolition de grange Bas St-Laurent
Vidéos
Multi-média
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Go Web TV Bas Saint-Laurent
Activité Entreprise
Auberges à vendre
Commerces à vendre
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Hébergement Bas Saint-Laurent
Hébergement Bas-Saint-Laurent
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Auberge Romantique Bas Saint-Laurent
Développement économique
Habitation et services
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent F I D E L de la Matanie
MRC et organismes de développement
Developpement Économique
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent F I D E L de la Matanie
Mini Maison a vendre avec terrain
Habitation et services
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Projet Mini Maisons Bas Saint-Laurent
Projet Mini Maison
Habitation et services
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Projet Mini Maisons Bas Saint-Laurent
Activité Entreprise
Bas-Saint-Laurent
Destinations Vedettes
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent F I D E L de la Matanie
Go Activités estivales Bas Saint-Laurent
ACTIVITÉS ESTIVALES AU QUÉBEC
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent ACTIVITES ESTIVALES TEMISCOUATA
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent QUOI FAIRE Bas Saint-Laurent
Activité Entreprise
GO Web TV Bas-Saint-Laurent
Go Web TV Régions du Québec
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Go Web TV Bas Saint-Laurent
Activité Entreprise
Certificats Cadeaux Bas Saint-Laurent
Certificats cadeaux régions du Québec
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Certificats cadeaux Bas Saint-Laurent
Activité Entreprise
Mini Maison a vendre avec terrain Mauricie
Mini Maison a vendre avec terrain
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Projet Mini Maisons Bas Saint-Laurent
Mini Maison vendre Chaudière-Appalaches
Mini Maison a vendre avec terrain
Canada -> Québec -> Bas Saint-Laurent Projet Mini Maisons Bas Saint-Laurent

Présentation

Population 199039 habitants
Superficie 22185 km*km
Densite 8.97 habitants/km*km

Plus d'informations

Bas-Saint-Laurent

48° 39′ 31″ nord, 67° 28′ 05″ ouest

Page d’aide sur l’homonymie

Pour les articles homonymes, voir Saint-Laurent.

Bas-Saint-Laurent

Bas-Saint-Laurent

Administration

Pays

Drapeau du Canada Canada

Province

Drapeau du Québec Québec

Statut

Région administrative

MRC et TE

Kamouraska
La Matanie
La Matapédia
La Mitis
Les Basques
Rimouski-Neigette
Rivière-du-Loup
Témiscouata

Nombre de municipalités

114

Ministre responsable

Marie-Eve Proulx

Fuseau horaire

Heure de l'Est

Indicatif téléphonique

+1 418
+1 581
+1 367

Code géographique

01

Démographie

Gentilé

Bas-Laurentien,
Bas-Laurentienne

Population

199 039 hab. (2021)

Densité

9 hab./km2

Variation 2014-2019

−0,9 %

Géographie

Coordonnées

48° 39′ 31″ nord, 67° 28′ 05″ ouest

Altitude

Min. 0 m
Max. 1 150 m

Superficie

22 185 km2

– incluant eau

28 401 km2

Économie

PIB régional

7 403,8 M CAD (2017)

Taux d'activité

58,5 % (2019)

Taux de chômage

5,5 % (2019)

Sources

Institut de la statistique du Québec, 2020

 

modifier Consultez la documentation du modèle

Le Bas-Saint-Laurent est une région administrative du Québec située sur la rive sud de l'estuaire du Saint-Laurent. Il est bordé au sud par l'État du Maine et le Nouveau-Brunswick, et par les régions de Chaudière-Appalaches et de Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine.

Sa géographie est marquée par le fleuve Saint-Laurent, la chaîne des Appalaches, qui traverse la région d'est en ouest ainsi que les deux vallées de la Matapédia et du Témiscouata, qui forment des corridors de communication naturels avec la Gaspésie, le Maine et les provinces maritimes.

Territoire à vocation traditionnellement agricole et forestière, le Bas-Saint-Laurent est fréquenté par des groupes autochtones semi-nomades depuis le Pléistocène. La colonisation européenne du territoire s'est amorcée avec la concession de seigneuries à la fin du xviie siècle, mais la région s'est développée lentement pendant près de deux siècles avant de connaître une croissance stimulée par l'exploitation de sa forêt mixte, la colonisation des terres du littoral, puis de l'intérieur et le développement d'activités de villégiature.

En 2011, environ 200 000 personnes vivaient dans cette région qui couvre un territoire de 22 185 km2note 1, principalement dans une étroite bande littorale de 320 km où sont situées ses principales villes : Rimouski et Rivière-du-Loup. Le Bas-Saint-Laurent est divisé en huit municipalités régionales de comté (MRC) et 114 municipalités locales.

Étymologie et toponymie

Le régionyme tire son nom du fleuve Saint-Laurent, qui joue un rôle central dans l'histoire du Québec et qui forme la limite nord de la région. D'origine hagiotoponymique, il tient son spécifique[pas clair] de Jacques Cartier, qui a nommé une baie, la baye sainct Laurens, le 10 août 1535, jour de la fête de Laurent de Rome dans le martyrologe chrétien. Repris pour désigner le fleuve dans des traductions espagnole et italienne de la Narration de l'explorateur malouin1 aurait été consacré à travers le monde par la mappemonde de 1569 du cartographe Gérard Mercator, selon l'historien Marcel Trudel2.

Joseph-Charles Taché.

L'appellation « Bas-Saint-Laurent » viendra toutefois beaucoup plus tard. Dans leur Histoire du Bas-Saint-Laurent, les historiens Fortin et Lechasseur affirment que la référence au Saint-Laurent progresse au xixe siècle avec le peuplement de la région. La première mention de Bas-Saint-Laurent est attribuée à un rapport du député et écrivain rimouskois Joseph-Charles Taché, qui utilisait l'expression dès 1850 pour désigner les «deux rives du Bas-Saint-Laurent à l'exception du district de Gaspé ». Les auteurs notent toutefois que Taché préfère généralement utiliser des références plus précises et connues, comme les comtés de Montmorency et de Rimouski3. Bien que le régionyme figure sur une carte de 1863 de Stanislas Drapeau, le nom tarde à s'imposer ; on lui préfère souvent l'expression « le Bas du Fleuve »4.

Avec le peuplement des vallées du Témiscouata et de la Matapédia, le régionyme s'impose entre 1920 et 1960, alors que plusieurs entreprises et organismes implantés dans la région délimitée par le diocèse catholique de Rimouski et le grand Rivière-du-Loup l'adoptent, à l'instar de la Compagnie de transport du Bas St-Laurent, de la Compagnie de Pouvoir du Bas-Saint-Laurent ou encore du journal l'Écho du Bas St-Laurent5.

Après une éclipse de deux décennies, où l'État tente de gommer les différences régionales en mettant en place les structures administratives communes à l'Est du Québec, le début des années 1980 marque un retour du balancier6. La création des municipalités régionales de comté et la scission, en 1987, de la grande région Bas-Saint-Laurent-Gaspésie en deux territoires4 respectera davantage les traditions culturelles des deux régions6.

L'évolution de la toponymie de la région découle des différentes étapes de son développement : peuplement amérindien initial ; peuplement progressif par des colons francophones à partir de la fin du xviiie et principalement de la première moitié du xixe siècle ; petite présence écossaise à partir des années 1800 ; activité économique tournée vers l'agriculture et l'exploitation des ressources aquatiques et forestières ; renforcement économique des pôles principaux et déclin de certaines communautés à l'intérieur des terres7.

Géographie

Wikimedia | © OpenStreetMap

Carte des MRC et TE de la région.

La carte du monde de 1569 de Gérard Mercator.

Situation et divisions politiques

Le Bas-Saint-Laurent est une région de l'Est du Québec, bordée au nord par le fleuve Saint-Laurent, au sud par le Nouveau-Brunswick et l'État du Maine, à l'est par la Gaspésie et à l'ouest par la Côte-du-Sud8. Elle s'étend sur 28 319 km2, dont 22 141 km2 en terre ferme, ce qui représente un peu moins de 2 % de la superficie totale du Québec9. Les terres de cette région représentent toutefois 10 % du Québec habité, ou environ la moitié de la superficie d'un pays comme la Suisse8.

La région est composée de huit municipalités régionales de comté (MRC), qui regroupent 130 municipalités9. Le Bas-Saint-Laurent comptait 200 462 habitants en 2011, dont 55 400 dans la MRC de Rimouski-Neigette, la plus populeuse de la région. En revanche, la MRC Les Basques, qui ne compte que 9 000 habitants en 2011, en baisse de 1 300 depuis 1996, enregistre la plus forte baisse, avec un taux annuel moyen de décroissance de 9,6 % entre 2006 et 201110.

Les aires boisées et l'eau dominent l'utilisation des sols au Bas-Saint-Laurent. La région compte 10 071 km2 de forêts mixtes, 4 918 km2 de forêts de conifères et de 6 177 km2 d'eau. Les terres humides ne représentent que 54 km2. Les terres utilisées à des fins agricoles s'étendent sur 2 819 km2, alors que les zones développées ne représentent que 143 km2, soit 0,5 % du territoire régional9.

Géologies

Bien qu'on note une zone isolée de roches d'origine cambrienne ou précambrienne dans un secteur isolé des monts Chic-Chocs, la région appartient généralement à la province géologique des Appalaches, qui s'étend sur une bande de 3 000 km, entre l'Alabama à Terre-Neuve. Les traces de deux épisodes d'orogenèse, les orogenèses taconienne et acadienne, ont façonné le territoire11.

Dans le premier épisode, l'enfoncement de la croûte océanique crée une chaine volcanique dans l'Océan Iapétus, au large de Laurentia à l'époque cambrienne. Le magma remonté à la surface de l'océan se mêle aux sédiments liés à l'érosion de la masse continentale et l'arc volcanique insulaire se rapproche graduellement du continent en raison d'un mouvement de subduction. La collision survient il y a 450 millions d'années formant une chaîne de montagnes immatures, les montagnes taconiennes, dont la nappe allochtone recouvre une partie de la plate-forme du Saint-Laurent12.

Cette première zone, qui longe aujourd'hui le fleuve, est connue sous le nom de zone de Humber. D'origine ordovicienne, ce socle rocheux se compose principalement d'un assemblage de roches sédimentaires : grès, mudrocks et conglomérats11. Au sud de cette zone, la ceinture de Gaspé est le vestige d'un second processus de formation de montagnes, survenu à l'ère siluro-dévonienne. Il y a environ 430 millions d'années, les montagnes taconiennes s'érodent, créant des sédiments qui sont déposés à faible profondeur. Le rapprochement du continent Laurentia et du microcontinent Avalonia déforme et soulève les dépôts de sédiments et les roches d'origine volcanique pour créer une seconde chaîne de montagnes, la chaîne acadienne, qui se superpose à la chaîne taconienne12.

Sismicité[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Zone sismique de Charlevoix-Kamouraska.

L'estuaire du Saint-Laurent, au large du Bas-Saint-Laurent en face de la région de Charlevoix, est l'une des zones sismiques les plus actives de l'Est du Canada. Cinq tremblements de terre de magnitude supérieure à 6 s'y sont produits au cours de la période historique : en février 1663, décembre 1791, octobre 1860, octobre 1870 et en février 192513. La distribution des séismes historiques et récents indique une concentration dans l'estuaire, à la hauteur de La Malbaie et de Rivière-du-Loup14.

Des levés de terrain et un réseau de sismographes installé dans les années 1970 ont permis de circonscrire la zone active dans un périmètre de 30 km par 85 km le long du Saint-Laurent, qui inclut les villes de Baie-Saint-Paul, La Malbaie et La Pocatière. Les données sismiques indiquent qu'un tremblement de terre se produit à toutes les 36 heures en moyenne dans la zone de Charlevoix-Kamouraska. Ils sont concentrés dans le socle précambrien sous la ligne de Logan et les Appalaches, à des profondeurs variant entre la surface et 30 km14.

Une autre zone sismique est située dans le golfe du Saint-Laurent, dans un triangle formé par les villes de Matane, de Baie-Comeau et de Sept-Îles. La zone sismique du Bas-Saint-Laurent est moins active que celle en amont — une soixantaine de séismes s'y produisent chaque année — et n'a pas connu de séisme destructeur au cours de la période historique. On rapporte toutefois un événement de magnitude 5.1 survenu en 1944 à l'est de Godbout et un autre de même magnitude le 16 mars 1999 dont l'épicentre était situé à environ 60 km au sud de Sept-Îles14,15.

Relief[modifier | modifier le code]

Le relief bas-laurentien comporte deux éléments principaux : les plateaux des Appalaches, appelés monts Notre-Dame, et les basses terres qui occupent une étroite bande le long du littoral du fleuve Saint-Laurent. Ces deux entités sont reliées par une zone intermédiaire de contreforts. Il s'agit d'une succession de replats séparés par des ressauts qui finissent par se fondre aux plateaux. Les monts Notre-Dame sont une série d'ondulations de 600 à 700 m, qui progressent d'est en ouest16. Les ondulations sont parfois interrompues par des vallées, comme celles du Témiscouata et de la Matapédia17. Ces deux vallées parallèles constituent des voies de passage vers les provinces maritimes, le Maine et la baie des Chaleurs11.

Les collines dominant le paysage du littoral à Saint-André-de-Kamouraska.

La bande littorale, d'une longueur de 320 km18, est constituée de terres riveraines qui ont des altitudes de 0 à 250 m. Profonde de 5 km dans la partie ouest du territoire, la zone littorale atteint 25 km dans le secteur de Rimouski et se rétrécit en allant vers la limite orientale de la région17. Cette zone disparaît complètement entre les municipalités de Sainte-Félicité et Grosses-Roches16. Dans la partie occidentale du territoire, la plaine littorale est interrompue par des monadnocks, des crêtes rocheuses pouvant atteindre 200 m, typiques des paysages de la zone côtière bas-laurentienne17.

Au Quaternaire, la région est marquée de l'empreinte des glaciations et du recul des glaces. La glaciation du Wisconsin provoque un affaissement de l'écorce terrestre qui atteint au moins 200 m dans la région de Rimouski. La déglaciation, qui survient progressivement à partir de 18 000 BP ouvre un bras de mer dans la vallée du Saint-Laurent, isolant le glacier qui recouvre le Bas-Saint-Laurent de celui de la Côte-Nord. Le relèvement isostatique crée une mer intérieure, la mer de Goldthwait, qui pénètre l'intérieur des terres et inonde le littoral jusqu'à une altitude de 200 m19.

Le retrait de la mer de Goldthwait se fait en étapes. Depuis environ 2 000 ansnote 2, le retrait des eaux laisse apparaître un chapelet de bandes étroites de terres émergées près du littoral entre Rivière-du-Loup et Rimouski, qui sont aujourd'hui connues sous les noms de l'île aux Lièvres, l'île Verte, l'île aux Basques, l'île du Bic et l'île Saint-Barnabé20.

Hydrographie

La rivière Matapédia à Causapscal.

L'estuaire du fleuve Saint-Laurent, qui occupe la partie nord de la région, a joué un rôle central dans le développement du Bas-Saint-Laurent. Aux fins d'analyse, on le divise en deux régions, séparées à la hauteur de Cacouna : à l'ouest, on parle du moyen estuaire tandis qu'à l'est, on le désigne comme l'estuaire maritime ou le bas estuaire21.

La région est relativement pauvre en eau douce, puisque les lacs et rivières ne représentent que 1,5 % du territoire continental. Elle comporte deux régions hydrographiques ; la première région regroupe les cours d'eau qui se déversent dans l'estuaire du Saint-Laurent et la région de la baie des Chaleurs et de Percé, dont les cours d'eau se déversent vers le Nouveau-Brunswick et l'État du Maine au sud. Les limites de ces régions ont influencé le découpage administratif du territoire en fixant certaines limites des municipalités régionales de comté22.

Les plus grands bassins versants de la région se trouvent dans la partie sud du territoire. Il s'agit des bassins des rivières Matapédia (3 328 km2) et Madawaska (2 861 km2). Au troisième rang, le bassin de la rivière Cascapédia, dont la moitié du bassin de 1 701 km2 se situe dans les limites de la région administrative. Parmi les rivières se jetant dans le Saint-Laurent, notons les rivières Mitis (1 812 km2), Matane (1 692 km2), Rimouski (1 621 km2), du Loup (1 046 km2) et des Trois-Pistoles (966 km2)22.

Le Bas-Saint-Laurent compte 2 417 lacs, dont 90 % sont de superficie inférieure à 20 hectares. Quelque 30 % de ces lacs sont situés dans la MRC de Rimouski-Neigette. Les deux plus grands lacs de la région, les lacs Témiscouata (66,82 km2) et Matapédia (38,07 km2), ont donné lieu à un établissement humain d'envergure sur leurs rives, le long des routes qui traversent les vallées23. D'ailleurs, ces deux lacs se distinguent du reste des plans d'eau de la région puisqu'ils sont orientés sud-est/nord-ouest tandis que le reste suit plutôt le sens des plis et des failles des Appalaches24.

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Hiver québécois.

L'hiver à Saint-Paul-de-la-Croix, dans la MRC de Rivière-du-Loup.

Le Bas-Saint-Laurent, tout comme le reste du Québec, est un territoire nordique américain. Le géographe québécois Louis-Edmond Hamelin a classé la région dans le pré-nord, deuxième des cinq zones de sa carte des zones de nordicité25.

L'influence océanique de l'estuaire du fleuve Saint-Laurent influence quelque peu le climat du Bas-Saint-Laurent, le rendant plus semblable avec celui du Québec méridional26, qu'avec des villes, dites « nordiques », comme La Sarre en Abitibi ou Roberval au Saguenay-Lac-Saint-Jean, pourtant situées à la même latitude que Matane8. Il est aussi semblable dans la mesure où il est aussi de type continental « à grande amplitude et sans période sèche »26.

Le géographe français Raoul Blanchard parlait de « brutalité » en décrivant les variations de température entre le froid de l'hiver et les chaleurs de l'été. Pendant l'hiver, qui dure cinq mois, le froid fige lacs et rivières et transforme l'estuaire « en vaste prairie de glace »26.

Cette influence maritime est toutefois une arme à deux tranchants : si elle adoucit les grands froids hivernaux, elle tiédit en revanche les saisons estivales. La moyenne de juillet à Rimouski est inférieure de 4 degrés à celle enregistrée à Québec. À cela s'ajoute le vent froid et humide du nord-est27,28.

Les précipitations sont abondantes et réparties sur toute l'année. La région reçoit annuellement entre 800 et 1 200 mm de précipitations, dont 250 à 360 cm de neige. L'influence de la mer se fait moins sentir dans les vallées, qui enregistrent des températures un peu plus élevées l'été et un peu plus froides l'hiver27.

 

Relevé météorologique pour Rimouski (1971-2000)

Mois

jan.

fév.

mars

avril

mai

juin

jui.

août

sep.

oct.

nov.

déc.

année

Température minimale moyenne (°C)

−15,7

−14,2

−8,3

−1,2

4,7

10,2

13,1

12,1

7,7

2,7

−3,2

−11,2

−0,3

Température moyenne (°C)

−11,7

−10,1

−4,2

2,7

9,7

15,4

18,2

16,9

12

6,1

−0,3

−7,7

3,9

Température maximale moyenne (°C)

−7,5

−6

−0,2

6,6

14,6

20,7

23,2

21,7

16,2

9,5

2,5

−4,1

8,1

Record de froid (°C)

−33

−32

−25,5

−22

−7,2

0

3

0

−1,1

−7,8

−16,5

−30,6

−33

Record de chaleur (°C)

14,5

12

21,1

29

32,8

33

36

33,9

31,5

24,4

21,1

13,3

36

Ensoleillement (h)

57,7

94,2

133,7

153,3

193,3

220,9

232

220,8

160,3

104,6

58,9

49,3

1 679,1

Précipitations (mm)

68,4

58,1

64,1

65,7

83,5

79,2

88,8

86

80,5

84,5

73,8

82,4

915

dont pluie (mm)

9,6

7,7

19,9

45,5

82,5

79,2

88,8

86

80,5

82

44,5

15,9

642

dont neige (cm)

58,8

50,4

43,2

20

1

0

0

0

0

2,6

29,3

66,4

271,7

Nombre de jours avec précipitations

1,8

1,3

4

9

13,9

13,7

15

13,8

14,4

15

7,4

2,2

Nombre de jours avec neige

14,4

11

8,4

4,3

0,45

0

0

0

0

0,56

6,2

13,2

Source : Environnement Canada, « Normales climatiques au Canada 1971-2000 : Rimouski, Québec » [archive], 4 février 2013 (consulté le 1er mars 2013)

 

Milieu naturel[modifier | modifier le code]

Flore[modifier | modifier le code]

Les monts Chic-Chocs à Sayabec

La région du Bas-Saint-Laurent fait partie de la province naturelle des Appalaches dans le cadre écologique de référence du Québec29. Les forêts du Bas-Saint-Laurent datent de 8 000 ans. En dehors des zones habités, elles couvrent presque l'ensemble du territoire. Elles sont de type boréales à dominante coniférienne. En ordre d'importance en superficie, les domaines forestiers du Bas-Saint-Laurent sont la sapinière à bouleau blanc, la sapinière à bouleau jaune, l'érablière à bouleau jaune et la sapinière à épinette blanche30.

En effet, le domaine forestier dominant dans la plus grande partie du territoire est celui de la sapinière à bouleau jaune, un écotone qui marque une transition entre la zone tempérée nordique et la zone boréale31. Il se situe surtout dans la partie la plus élevée du plateau appalachien. Ses espèces principales sont le sapin baumier, le bouleau blanc, l'épinette blanche et le sorbier ainsi que, dans une moindre mesure, le peuplier faux-tremble et le pin gris. Le second domaine en superficie est celui de la sapinière à bouleau jaune qui couvre 35 % du territoire végétal de la région. Il est surtout dans le Centre du Bas-Saint-Laurent entre Rivière-du-Loup et Rimouski. Ses principales espèces sont le sapin baumier, le bouleau jaune, l'épinette rouge, l'épinette blanche et le cèdre ainsi que, dans une moindre mesure, le peuplier faux-tremble, le bouleau blanc, le peuplier baumier et l'érable à épis30.

Une analyse plus approfondie de la composition des forêts bas-laurentiennes fait tout de même apparaître des différences dans les peuplements en fonction notamment de l'élévation, de la nature des sols et de la latitude. Miroslav Grandtner classe l'extrémité sud-ouest du territoire et la bande littorale jusqu'à Rivière-du-Loup dans le domaine de l'érablière à bouleau jaune ; le moyen plateau avec la sapinière à bouleau jaune ; et les hauts plateaux sont caractérisés par la sapinière à bouleau blanc. Enfin, la sapinière à épinette noire se retrouve dans les monts Chic-Chocs32.

Faune

Un faon de cerf de Virginie au Parc national du Bic.

À l'instar de la faune québécoise, la faune bas-laurentienne est relativement pauvre en nombre d'espèces. Les épisodes glaciaires au Pléistocène ont chassé les animaux du territoire couvert par les glaces. Les animaux auraient avancé sur le territoire au rythme du recul des inlandsis qui ont graduellement reculé au Québec au cours des 18 000 dernières années33.

Le recul des glaces et l'invasion de la mer de Goldthwait par l'estuaire amènent des mollusques comme la moule, la mye et le pétoncle. Des bélugas et d'autres baleines y séjournent. Selon les vestiges de mammifères marins retrouvés en altitude à l'intérieur des terres, on y rencontrait aussi des narvals, des morses et des phoques33.

Sur terre, l'eider apparaît vers 10 300 BP et un mastodonte, proche du mammouth, aurait fréquenté le territoire avant de disparaître, il y a 8 000 ans. Aujourd'hui, le territoire est dominé par l'orignal, le cerf de Virginie et l'ours noir pour le gros gibier ; la gélinotte huppée, le tétras du Canada et le lièvre d'Amérique forment le petit gibier34. Le rat musqué, le castor et le renard roux sont fréquents dans les forêts du Bas-Saint-Laurent35.

La sauvagine, nombreuse et variée, séjourne en bordure de l'estuaire du Saint-Laurent. La bernache du Canada, l'oie blanche et la bernache cravant font escale dans les marais salés situés le long du littoral entre La Pocatière et Pointe-au-Père. Les diverses catégories de canard sont bien représentées. On y rencontre le canard noir, le canard pilet, deux sortes de sarcelles. Les canards plongeurs sont représentés par le garrot commun et le Fuligule à collier alors que l'eider commun le harelde kakawi, le garrot de Barrow et les macreuses forment le contingent de canards de mer34.

Milieux protégés

Articles connexes : Aire protégée du Québec et Liste des aires protégées au Bas-Saint-Laurent.

Les oies blanches de l'Isle-Verte.

Le Bas-Saint-Laurent n'a qu'une seule zone humide reconnue à la convention de Ramsar, la baie de l'Isle-Verte, qui comprend la réserve nationale de faune de la baie de l'Isle-Verte36. Il s'agit d'un marais à spartines qui est une importante zone de nidification pour le canard noir, ainsi qu'une halte migratoire privilégiée pour la sauvagine au printemps37.

La région comprend quatre parcs nationaux du Québec. Le parc national du Lac-Témiscouata est situé à l'est du lac Témiscouata et protège un élément représentatif des monts Notre-Dame ainsi que plusieurs vieilles forêts. Le parc national du Bic, près de Rimouski, protège quant à lui le littoral sud de l’estuaire du Saint-Laurent. Ses sommets plus élevés que dans la région qu'il représente incluent la présence de plusieurs plantes rares. Le parc national de la Gaspésie, dont seulement l'extrémité ouest est située dans la région, est caractérisé par plusieurs sommets de plus de 1 000 m d'altitude. Son climat varié et sa géomorphologie attirent une diversité de plantes unique au Québec. Finalement, la région comprend environ 30 % du parc marin du Saguenay–Saint-Laurent, premier parc marin du Québec. Il comprend le plus long fjord de l'Est du Canada ainsi qu'une partie du plus grand estuaire au monde, offrant une grande biodiversité marine. Fait unique au Canada, le parc marin est géré conjointement par les gouvernements du Québec et du Canada38.

Plus élevé au niveau de protection de la nature, la région inclut trois réserves écologiques situées dans la partie centrale de la région, les réserves Fernald, Charles-B.-Banville et Irène-Fournier. Au même niveau de protection, on retrouve aussi six habitats floristiques, la plupart étant situé dans le Parc national de la Gaspésie39.

Les plus grandes superficies protégées dans la région sont celle couverte par les aires de confinement du cerf de Virginie. Ces habitats fauniques couvrent à eux seuls 80 % des aires protégées de la région. La région comprend 27 % des aires protégées de cette désignation40. Le second type d'aire protégée par superficie sont les aires de concentration d’oiseaux aquatiques, dont une grande partie (507 km2) sont en milieu marin41.

Bien qu'ils ne sont pas considérés au sens strict comme des aires protégées, les territoires fauniques structurés pour la gestion de la faune couvrent 45,5 % du territoire de la région. Ils sont répartis entre quatre réserves fauniques, cinq zones d'exploitation contrôlée (zec), auxquels s'ajoutent deux réserves fauniques ; cinq zecs protègent des rivières à saumons42.

Démographie

Rimouski, la plus grande ville du Bas-Saint-Laurent

Après avoir atteint son extension maximale au milieu du xxe siècle en raison de la forte natalité et d'une réduction des décès grâce à la chute de la mortalité infantile, le territoire habité et la population du Bas-Saint-Laurent ont décliné au cours des 50 dernières années. Ce constat n'est pas unique à la région : entre 1951 et 1991, la proportion de la population vivant sur la rive sud de l'estuaire — qui comprend la Côte-du-Sud, le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie —, a chuté de 9,3 à 5,4 % de la population totale du Québec. Les causes du déclin sont liées à des causes structurelles, comme la rationalisation de l'agriculture et l'épuisement de la ressource forestière, mais aussi à l'exode rural et à l'importante baisse de la natalité enregistrée à compter des années 196043.

Population

Article détaillé : Démographie du Québec.

Évolution de la population à l'échelle régionale

1951

1961

1971

1981

1991

2001

2006

2011

2016

204 867

226 119

207 844

211 670

205 092

200 630

200 653

199 977

197 385

Évolution de la population à l'échelle régionale, suite (1)

2021

2026

2031

2036

2041

2046

2051

2056

2061

199 039

-

-

-

-

-

-

-

-

(Sources : Recensement du Canada)

La région du Bas-Saint-Laurent comptait 200 500 habitants le 1er juillet 2011, ce qui représente environ 2,5 % de la population totale du Québec. Ce nombre représente une baisse de 4 % sur les données de 1996. Plus de 40 % de la population vit dans deux MRC, Rimouski-Neigette (55 364 hab. en 2011) et Rivière-du-Loup (34 326 hab. en 2011)10.

Depuis 1951, la région du Bas-Saint-Laurent voit sa population stagner, voire décliner légèrement. Cette réalité cache deux phénomènes qui s'opposent : le rapide déclin des régions rurales et le renforcement des principaux pôles urbains, en particulier Rimouski et Rivière-du-Loup. La part de ces deux seules agglomérations dans la population totale de la région est passée de 16 % en 1951 à 34 % en 2001. La prédominance accrue de ces deux pôles urbains explique que les deux seules MRC qui ont connu un accroissement ininterrompu de leur population sur la période 1951-2001 sont les MRC de Rimouski-Neigette et de Rivière-du-Loup. À l'opposé, les MRC qui ne peuvent compter sur la présence d'un pôle urbain structurant, comme les MRC de La Matapédia, du Témiscouata et des Basques, sont les MRC où la population a le plus diminué.

Compte tenu de la baisse de population observée depuis 1951, alors même que la population du Québec augmentait de 82 %, il n'est pas étonnant de constater que la part de la région dans le Québec a chuté de 5,2 % en 1951 à 2,8 % en 2001.

Évolution de la population dans les MRC du Bas-Saint-Laurent de 1951 à 2011

 

1951

1961

1971

1981

1991

2001

2006

2011

Kamouraska

23 797

24 499

24 111

24 508

23 268

22 494

22 360

21 492

Rivière-du-Loup

25 480

27 284

28 367

31 165

31 485

31 826

33 390

34 375

Les Basques

15 430

16 300

13 453

11 919

10 325

9 848

9 451

9 142

Témiscouata

34 128

33 567

26 720

25 226

23 348

22 420

21 745

20 572

Rimouski-Neigette

30 093

38 805

42 055

49 021

51 288

52 289

53 545

55 095

La Mitis

24 409

27 341

24 150

22 166

20 157

19 326

19 390

18 942

La Matapédia

29 792

31 544

24 556

22 106

20 887

19 920

19 386

18 573

La Matanie

21 738

26 779

24 432

25 559

24 334

22 507

22 425

21 786

Bas-Saint-Laurent

204 867

226 119

207 844

211 670

205 092

200 630

201 692

199 977

Âge

La population du Bas-Saint-Laurent est nettement plus âgée que celle du Québec dans son ensemble. En 2011, l'âge médian de la population bas-laurentienne était de 47,3 ans, ce qui la classe au deuxième rang à ce chapitre au Québec, derrière la région voisine de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine (49,0 ans), et tout juste devant la Mauricie, qui prend la troisième place avec un âge médian de 47,2 ans. La proportion de jeunes de moins de 20 ans figure également parmi les plus faibles avec 19,5 %, comparativement à une moyenne de 21,7 % dans l'ensemble du Québec44.

Comme c'est le cas pour les données sur la population, les données régionales sur la structure par âge indiquent des différences marquées entre les deux grandes MRC urbaines et leurs voisines rurales. La MRC Les Basques connaît un important vieillissement de sa population et compte la plus petite proportion de jeunes de 0 à 19 ans (17,5 %), la population de plus de 65 ans la plus importante (25,6 %) et l'âge médian le plus élevé avec 52,1 ans en 201144.

Langues

Article détaillé : Démographie linguistique du Québec.

La population du Bas-Saint-Laurent est presque uniquement de langue maternelle française selon le recensement de 2006. Chez les individus qui ne déclarent qu'une langue maternelle, 98,6 % déclarent le français, 0,6 % l'anglais et 0,8 % une autre langue45. Seulement 315 personnes indiquent avoir le français et l'anglais comme langues maternelles, alors que 85 autres indiquent avoir le français et une autre langue46.

La proportion de personnes déclarant pouvoir parler le français et l'anglais atteint 15,6 % au Bas-Saint-Laurent, comparativement à 40,6 % dans l'ensemble du Québec. Cette proportion est plus élevée dans les deux plus grandes villes de la région, atteignant 21,7 % à Rimouski et 18,0 % à Rivière-du-Loup. Parmi les villes de plus petite taille, Notre-Dame-du-Lac se démarque avec un taux de bilinguisme de 20,3 %. Dans l'ensemble de la région, 140 personnes déclarent ne parler que l'anglais, alors que 125 autres indiquent ne pouvoir parler ni le français ni l'anglais47.

Immigration

Article détaillé : Immigration au Québec.

La Conférence régionale des élus considère que l'immigration est un enjeu majeur de développement économique et social pour le Bas-Saint-Laurent et consacre des efforts au recrutement de nouveaux arrivants, en plus d'établir des programmes de promotion et d'intégration pour les immigrants48. Le Bas-Saint-Laurent a accueilli 585 immigrants entre 2001 et 2006, ce qui représente près de 30 % des 2 000 résidents d'origine immigrante installés dans la région selon le recensement de 2006. La MRC de Rimouski-Neigette a accueilli plus de la moitié (310) des nouveaux arrivants dans la région entre 2001 et 200649.

Ces chiffres doivent toutefois être mis en perspective, puisque 77,3 % des 236 975 nouveaux immigrants à s'établir au Québec entre 1998 et 2007 ont choisi la région métropolitaine de Montréal, le Bas-Saint-Laurent n'accueillant que 0,2 % des immigrants établis au Québec durant cette période50,51.

Perspectives démographiques

Selon le plus récent scénario prospectif de l'Institut de la statistique du Québec, la population du Bas-Saint-Laurent devrait enregistrer une légère décroissance pour atteindre 198 600 personnes en 2031. Selon ce scénario, la proportion de personnes de 65 ans et plus devrait atteindre 36 % et être plus de deux fois celle de la population âgée entre 0 et 19 ans. La prévision démographique établit que l'âge médian de la population régionale devrait atteindre 53,0 ans, en hausse de 6 ans par rapport aux données les plus récentes. Le solde migratoire positif sera insuffisant pour combler la décroissance naturelle de la population52.

Histoire

Préhistoire et protohistoire

Article détaillé : Préhistoire et protohistoire du Québec.

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?

Les premiers occupants du territoire connu aujourd'hui sous le nom de Bas-Saint-Laurent fréquentaient les rives de l'estuaire du Saint-Laurent peu de temps après le retrait des glaces53. Des fouilles archéologiques menées dans les années 1980 et 1990 au Bic et à Rimouski indiquent une présence amérindienne au cours du Paléoindien récent, dans une fourchette de 9 000 à 8 000 ans avant le présent (BP), selon Pierre Dumais et Gilles Rousseau54 et de 10 000 à 8 000 ans BP selon Claude Chapdelaine55.

Les sites paléoindiens découverts dans une ancienne plage à 80 m d'altitude et une terrasse marine renferment des outils en pierre et des éclats de taille témoignent d'une industrie lithique de la culture Plano[réf. souhaitée]. Ces nomades fréquentaient la région où ils pratiquaient la chasse, la pêche et la cueillette56.

La seconde période, celle de l'Archaïque couvre environ 5 000 ans et débute vers 7 000 BP pour se terminer il y a 2 500 ans dans le sud du Québec. En 1977, les chercheurs avaient répertorié 19 sites dans la région ; six près de l'estuaire et treize à l'intérieur des terres. La période archaïque est caractérisée par des populations nomades utilisant une variété de techniques qui permettent d'exploiter plus systématiquement les ressources du territoire. Les sites sont souvent situés près de petits lacs ou le long de rivières, comme la rivière Touladi dans le Témiscouata. Les artéfacts découverts semblent indiquer que ces groupes privilégiaient la chasse plutôt que la pêche57.

Quatre sites sont situés dans le Parc national du Bic. Le plus ancien, daté d'il y a 4 000 ans, est situé sur la rive est du cap à l'Orignal. Il s'agit d'une ancienne terrasse marine abandonnée à peine 1 000 ans plus tôt par la mer de Goldthwait. En plus d'outils et d'éclats, les archéologues ont aussi trouvé des pierres cassées et rougies, signe que les occupants ont aménagé des foyers pour se chauffer, cuire leurs aliments et peut-être même pour fumer de la viande58.

Peuple basque

Tout comme les Normands et les Bretons, les pêcheurs basques exploitent les ressources marines de l'estuaire et du golfe du Saint-Laurent au xvie siècle. Leur présence est attestée dès les années 1520 et devient plus fréquente immédiatement après les explorations de Jacques Cartier59.

Vers 1560, les Basques disposent d'une flotte d'une centaine de morutiers et d'une trentaine de baleiniers. Ils exploitent d'abord les ressources présentes en grande quantité dans le golfe et sur les bancs de Terre-Neuve, mais vers 1570, il semble que la raréfaction des colonies de baleines les poussent à venir pourchasser ces mammifères marins jusque dans l'estuaire moyen du Saint-Laurent60.

La chasse se concentre à la hauteur du fjord du Saguenay. L'île aux Basques, située en face de Trois-Pistoles, sur la rive sud de fl